in

La pollution atmosphérique en Chine dépasse déjà les niveaux d’avant la crise du Covid-19


La pollution de l’air en Chine a déjà rebondi, passant d’un niveau incroyablement bas, suite à l’apparition du coronavirus à Wuhan, à des niveaux mensuels dépassant ceux enregistrés à la même période l’année dernière.

Les chiffres du gouvernement chinois confirment un pic en avril, ce qui, selon le Centre de recherche sur l’énergie et l’air pur (CREA), basé en Finlande, pourrait annoncer le début d’une « sale » reprise économique après la crise du Covid-19 en Chine.

« Les niveaux de polluants atmosphériques ont chuté pendant le verrouillage national en février, ont atteint leur niveau le plus bas début mars et ont maintenant dépassé leur niveau d’avant la crise », a déclaré le CREA dans une étude publiée cette semaine.

L’organisation a déclaré que le retour d’une certaine pollution était attendu, mais « ce qui n’est pas évident, c’est de savoir si la pollution atmosphérique va dépasser les niveaux d’avant la crise, en particulier lorsque de nombreux secteurs économiques sont encore en difficulté. Un tel dépassement signifierait une reprise « sale » dans laquelle les secteurs les plus polluants sont en tête ».

La pollution atmosphérique dans les régions industrielles chinoises était plus élevée en avril qu’au cours du même mois l’année dernière – une première depuis que le virus a provoqué des fermetures massives.

Le ministère chinois de l’écologie et de l’environnement (MEE) a déclaré qu’une mesure clé, la concentration de minuscules particules en suspension dans l’air connues sous le nom de PM2,5, connues pour être extrêmement dangereuses pour la santé humaine, a augmenté de 3,1 % en avril pour atteindre une moyenne de 33 microgrammes par mètre cube dans près de 340 villes du pays. Ce rebond semble être dû aux émissions industrielles, la Chine ayant permis la reprise de la plupart des activités économiques.

«  Des signes avant-coureurs montrent que la reprise de la Chine après la crise du Covid-19 est en train d’annuler les progrès réalisés en matière de qualité de l’air », s’inquiète le CREA

En France, les associations écologistes demandent au gouvernement de ne pas faire les mêmes erreurs et d’investir les milliards du « plan de relance dans une économie durable ». Pour de nombreux spécialistes, les choix des prochaines semaines seront essentiels pour mener à bien une nouvelle politique dont les principales exigences seront la résilience, le respect de la biodiversité et le respect des engagements pour le climat.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les émissions de CO2 ont chuté de 17% pendant la crise du Covid-19

Pour la première fois depuis de longues années l’Everest est visible depuis Katmandou