in

Les voitures électriques sont deux fois plus susceptibles de heurter les piétons, selon une nouvelle étude

SciTechDaily

Les recherches indiquent que les piétons courent un risque plus élevé d'être heurtés par des véhicules électriques ou hybrides que par des voitures à essence ou diesel, en particulier en milieu urbain, ce qui nécessite des mesures de sécurité renforcées lors de la transition vers les véhicules électriques.

Une étude révèle un risque plus élevé d'accidents dans les zones urbaines de Grande-Bretagne entre 2013 et 2017. Les chercheurs appellent à des mesures pour atténuer ce risque à mesure que les véhicules à combustibles fossiles sont progressivement supprimés.

Une étude examinant les taux de victimes en Grande-Bretagne de 2013 à 2017 et publiée dans le Journal d'épidémiologie et de santé communautairea révélé que les piétons sont deux fois plus susceptibles d'être heurtés par des véhicules électriques ou hybrides que par ceux fonctionnant à l'essence ou au diesel.

Le risque est plus grand dans les zones urbaines, et les gouvernements doivent prendre des mesures pour atténuer ce risque en matière de sécurité alors qu'ils procèdent à l'élimination progressive des véhicules à combustible fossile pour améliorer la qualité de l'air et freiner le changement climatique, exhortent les chercheurs.

Les accidents de la route sont la principale cause de décès chez les enfants et les jeunes, et un décès sur quatre sur la route concerne des piétons, notent-ils. Dans le contexte de l’évolution actuelle vers les voitures électriques et hybrides, des inquiétudes ont été soulevées quant au fait que ces véhicules pourraient présenter davantage de risques pour la sécurité des piétons que les voitures à combustible fossile, car ils sont plus silencieux, en particulier dans les zones urbaines où les niveaux de bruit ambiant de fond sont plus élevés.

Pour approfondir cette question, les chercheurs ont comparé les différences dans les taux de victimes de piétons pour chaque 100 millions de kilomètres parcourus sur route en Grande-Bretagne entre les voitures électriques/hybrides et les voitures à combustible fossile, en utilisant les données de sécurité routière (STATS19). Ils ont estimé le kilométrage annuel à partir des données de l'Enquête nationale sur les voyages (NTS). Ceux-ci n'ont commencé à inclure l'hybride comme type de carburant pour véhicule qu'en 2013, tandis qu'un problème d'archivage a empêché le téléchargement des données pertinentes depuis 2018, d'où la période d'étude sélectionnée de 2013 à 2017.

Analyse et taux de pertes

Au total, 32 milliards de kilomètres de déplacements en véhicules électriques/hybrides et 3 000 milliards de kilomètres de déplacements en véhicules essence/diesel ont été inclus dans l’analyse.

Entre 2013 et 2017, 916 713 victimes d’accidents de la route ont été signalées en Grande-Bretagne. Parmi eux, 120 197 étaient des piétons, dont 96 285 avaient été heurtés par une voiture ou un taxi. Les trois quarts de ces piétons – 71 666 (74 %) – avaient été heurtés par une voiture ou un taxi fonctionnant à l'essence ou au diesel. Quelque 1 652 (2 %) ont été heurtés par un véhicule électrique ou hybride. Mais chez près d’un piéton victime sur quatre (22 829 ; 24 %), le code du type de véhicule manquait.

La plupart des collisions ont eu lieu en zone urbaine, avec une proportion plus importante de véhicules électriques ou hybrides que de véhicules essence/diesel : 94 % contre 88 %. Cela se compare à 6 % et 12 %, respectivement, dans les zones rurales. Sur la base de ces données, les chercheurs calculent qu'entre 2013 et 2017, le taux annuel moyen de victimes de piétons pour 100 millions de kilomètres parcourus sur route était de 5,16 pour les véhicules électriques et hybrides et de 2,40 pour les véhicules à essence et diesel.

Cela indique que les collisions avec des piétons étaient en moyenne deux fois plus probables avec les véhicules électriques et hybrides qu'avec les véhicules essence et diesel, et trois fois plus probables dans les zones urbaines que dans les zones rurales, affirment les chercheurs. Ils reconnaissent plusieurs réserves à leurs conclusions, notamment le manque de données au-delà de 2017 et l'absence de codage des véhicules dans près d'un quart des cas. Et les conducteurs plus jeunes et moins expérimentés sont plus susceptibles d’être impliqués dans un accident de la route et sont également plus susceptibles de posséder une voiture électrique, ce qui pourrait expliquer une partie du risque accru observé associé à ces véhicules, suggèrent-ils.

« En Grande-Bretagne, plus de piétons sont blessés par les voitures à essence et diesel que par les voitures électriques, mais par rapport aux voitures à essence et diesel, les voitures électriques présentent un plus grand risque pour les piétons et le risque est plus grand en milieu urbain », écrivent-ils.

« Une explication plausible de nos résultats est que les niveaux de bruit de fond ambiant diffèrent entre les zones urbaines et rurales, ce qui rend les véhicules électriques moins audibles pour les piétons dans les zones urbaines », suggèrent-ils.

« D'un point de vue de santé publique, nos résultats ne doivent pas décourager les modes de transport actifs bénéfiques pour la santé, comme la marche et le vélo ; ils peuvent plutôt être utilisés pour garantir que tout risque accru potentiel d’accidents de la route soit compris et protégé », soulignent-ils.

À cette fin, ils concluent que le risque accru pour la sécurité des piétons que représentent les voitures électriques et hybrides « doit être atténué à mesure que les gouvernements procèdent à l’élimination progressive des voitures à essence et diesel ».

SciTechDaily

Le soleil se déchaîne : comment la NASA a suivi la tempête solaire la plus intense depuis des décennies

SciTechDaily

Nutriments cachés révélés : une étude révolutionnaire identifie les lipides dans les tisanes