L’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire annonce le retrait de 3/4 des produits à base de glyphosate vendus en France

Agence Nationale de Sécurité Sanitaire glyphosate

Le glyphosate n’est pas dangereux pour la santé ? Ce n’est pas ce qu’en dit l’Anses (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) qui a annoncé avoir notifié le retrait des autorisations de 36 produits à base de glyphosate, et le refus d’autoriser 4 nouveaux produits.

Malgré la réapprobation du glyphosate pour encore cinq années par l’Union Européenne en 2017, l’Anses a décidé de prendre des mesures immédiates « sans attendre la fin du processus en cours ».

«Les données fournies par les industriels ne permettant pas de statuer sur leur éventuelle génotoxicité.»

Les produits interdits représentaient en 2018 près de trois quarts des tonnages de produits à la base de glyphosate vendus en France pour des usages agricoles et non agricoles.

L’Anses rappelle que l’évaluation des dossiers de demande d’autorisation par chaque pays intervient dans un « cadre défini par l’Union européenne ».

« S’agissant du glyphosate, ce cadre a été spécifiquement renforcé en 2017 suite à la réévaluation de la substance active, avec davantage d’exigences impliquant la fourniture de données supplémentaires concernant les risques pour la santé et l’environnement, notamment en matière de génotoxicité de l’ensemble des composants des produits à base de glyphosate. Ces nouvelles dispositions requièrent des études spécifiques menées selon des méthodes standardisées et robustes.» poursuit l’agence.

Les 36 produits interdits ne pourront plus être utilisés à partir de fin 2020. L’Agence a également «notifié une décision négative pour 4 des 11 nouvelles demandes d’autorisation déposées depuis janvier 2018 et en cours d’examen ».

L’Anses dit «poursuivre l’examen des demandes d’autorisation et de réautorisation de produits à base de glyphosate et, comme elle l’a annoncé en novembre 2018, procèdera également à une évaluation comparative avec les alternatives non chimiques disponibles».

«Seuls les produits à base de glyphosate répondant aux critères d’efficacité et de sécurité définis au niveau européen pour les usages revendiqués, et ne pouvant pas être substitués de façon satisfaisante, bénéficieront in fine de l’accès au marché français. L’ensemble du processus d’évaluation sera finalisé d’ici le 31 décembre 2020», conclut-elle.

L’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire semble se diriger vers une maximisation de l’interdiction des produits à base de glyphosate. Une avancée majeure pour les mouvements écologistes et les scientifiques qui s’égosillent depuis des années à dénoncer ces produits toxiques.

En Autriche, les partis de l’opposition se sont coalisés pour permettre l’interdiction complète du glyphosate malgré les réticences du parti conservateur au pouvoir et la pression de l’Union Européenne. La France suit donc ce chemin timidement.

5229

Face aux incendies géants à une heure de Sydney, l’Australie fait appel à l’armée

chutes de victoria zambie 1

La Zambie face à sa pire sécheresse depuis un siècle : les chutes Victoria asséchées