« Je préfère démissionner de mon poste de chef de service parce que je ne veux pas qu’un bébé meurt dans mon service ! »

Le Professeur André Grimaldi décrit la crise que vit l’hôpital public. Malgré de nombreux mois de protestations du personnel hospitalier, la ministre de la Santé Agnès Buzyn refuse de reconnaître la situation catastrophique dans laquelle se trouve nos hôpitaux publics.

Ce week-end, une tribune dans le JDD signée par plus de 660 médecins annonce que sans action concrète de la ministre de la Santé, de nombreux chefs de service des plus grands centres hospitaliers de France démissionneront. Pour le Professeur André Grimaldi, il ne s’agit pas de prendre la fuite mais de refuser de devoir assumer la dégradation des services jusqu’ici offerts par l’hôpital public.

H0cHmCxdOnY

« On est coupés du monde » : dans la Drôme, un village sans Internet ni téléphone depuis un mois

topelement

Selon Vladimir Poutine, personne ne connaît les causes du réchauffement climatique