in ,

Une autre famine à venir ? La Chine lutte pour répondre aux besoins alimentaires de base


La Chine, qui s’est lancée dans la mission de devenir une superpuissance en montrant au monde sa puissance économique et militaire, risque aujourd’hui d’être mise à genoux par une pénurie de nourriture. La réduction de la production alimentaire nationale globale, un récent déluge dans le bassin du fleuve Yangtze, le bol de riz de la Chine et une réduction des importations, aggravée principalement par la détérioration des relations diplomatiques, ont déclenché la panique à Pékin.

Le président chinois Xi Jinping a récemment lancé la campagne « Assiette propre » pour éviter que les réserves alimentaires ne s’épuisent rapidement et ne provoquent une répétition de la Grande Famine de 1959, au cours de laquelle des millions de personnes sont mortes de faim. Et les récentes escarmouches le long de la frontière sino-indienne, ainsi que l’agression de la Chine dans la mer de Chine méridionale, pourraient être la stratégie de Xi pour détourner l’attention de la crise alimentaire imminente de la Chine, tout comme Mao Zedong l’a fait en 1962 pour masquer l’échec du mouvement du Grand Bond en avant.

Le bassin du fleuve Yangtze, qui représente 70 % de la production chinoise de riz, a connu les pires inondations depuis 1939, endommageant des millions d’hectares de terres cultivées. Selon l’Administration météorologique chinoise, le pays a connu une augmentation de 20 % des fortes précipitations depuis 1961, faisant monter le niveau d’eau de plus de 400 rivières au-dessus de la ligne de contrôle des inondations, dont 33 ont atteint des niveaux record. Les fortes pluies ont ravagé de vastes étendues de terres industrielles et agricoles, et les experts avertissent que le pire est peut-être encore à venir.

La flambée des prix des produits agricoles alimente les craintes en matière de sécurité alimentaire en Chine. Selon le Bureau national chinois des statistiques, les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 13 % en juillet par rapport au mois de juillet précédent ; le prix du porc a augmenté d’environ 85 %. En glissement annuel, les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 10 % en 2020 – le prix du maïs est 20 % plus élevé et celui du soja, 30 %.

Selon le groupe financier mondial Nomura, le PIB agricole de la Chine pourrait chuter de près d’un point de pourcentage au cours du trimestre de juillet-septembre, ce qui entraînerait des pertes de 1,7 milliard de dollars (USD) dans la production agricole. La société de courtage chinoise Shenwan Hongyuan a prévu que la Chine pourrait perdre 11,2 millions de tonnes de céréales cette année, par rapport à l’année dernière. Bien que Xi ait affirmé que la production céréalière du pays a augmenté cette année, les importations de céréales ont augmenté de près de 22 %, pour atteindre 74 millions de tonnes au cours du premier semestre de cette année. Les importations de blé ont augmenté de 197 % au cours de cette période.

Cela a obligé Pékin à libérer 62,5 tonnes de riz, 50 tonnes de maïs et 760 000 tonnes de soja de sa réserve stratégique – la quantité est sensiblement plus élevée que l’année dernière.

Les infestations d’insectes ont également causé de grands dommages au secteur alimentaire chinois. Une invasion de légionnaires d’automne et de criquets a dévoré des millions d’hectares de cultures de blé et de maïs cette année. La peste porcine africaine a obligé les autorités à tuer plus de 180 millions de porcs, soit environ 40 % de la population porcine chinoise, ce qui a fait monter les prix en flèche. Les importations de viande ont fait un bond considérable en un an seulement.

Il n’est donc pas surprenant que la Chine ait gâché les relations bilatérales avec les pays dont elle dépend pour son alimentation. L’intensification des hostilités, associée à la perturbation de la chaîne d’approvisionnement et des marchés mondiaux des produits de base liée à la pandémie, a créé d’énormes obstacles pour que Pékin puisse répondre à la demande de sa consommation intérieure et assurer un stock suffisant pour les « jours de pluie ».

Les États-Unis, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Indonésie sont parmi les principaux exportateurs de produits agricoles vers la Chine. Malgré son litige sur les droits de douane avec les États-Unis, la Chine reste fortement dépendante des États-Unis pour satisfaire sa demande alimentaire. Les importations agricoles de la Chine en 2019 ont été fixées à 13,8 milliards de dollars (USD), contre 9,1 milliards de dollars en 2018, selon le ministère américain de l’agriculture. Même au cours du premier trimestre 2020, la Chine a importé des produits agricoles des États-Unis pour une valeur de 5,08 milliards de dollars, alors que ses exportations ont chuté de 17,2 % en janvier et février et de 6,6 % en mars.

Pékin s’est tiré une balle dans le pied en interdisant les produits agricoles en provenance d’Australie en raison de sa demande d’une enquête indépendante sur l’épidémie de COVID-19. De même, le commerce agricole avec le Canada, la Nouvelle-Zélande, l’Indonésie et l’Inde est dans une impasse en raison de différents problèmes, notamment la menace potentielle de Huawei et les escarmouches aux frontières. La pénurie alimentaire de la Chine ne fera qu’empirer dans les années à venir, à moins qu’elle n’entreprenne de grandes réformes agricoles, avertit l’Académie chinoise des sciences sociales.

Une question clé est de savoir si la Chine peut acheter suffisamment de nourriture pour nourrir ses 1,4 milliard d’habitants si la production nationale n’augmente pas et si les importations sont son seul soutien. Il est certain que le taux d’autosuffisance alimentaire de la Chine doit augmenter, mais la situation actuelle semble empêcher une telle amélioration.

Il est difficile d’évaluer la situation réelle, car les informations provenant de la Chine ne reflètent peut-être pas la véritable gravité de la crise. Cependant, les déclarations de Xi sur la nécessité d’une « discipline gastronomique » rappellent des instructions similaires émises par Mao en 1959, au début de la Grande Famine (1958-1962). Une combinaison de facteurs indique que la Chine risque de voir cette histoire se répéter – une pénurie alimentaire massive qui pourrait se transformer en l’une de ses plus grandes crises depuis la fondation de la République populaire en 1949.

Jianli Yang est le fondateur et le président de Citizen Power Initiatives for China, un survivant du massacre de Tiananmen et un ancien prisonnier politique en Chine.

LIRE AUSSI : La campagne anti-gaspillage en Chine inquiète sur une possible crise alimentaire

Likez notre page facebook!


Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Shell pourrait réduire de 40% ses opérations pétrolières pour se tourner vers les énergies renouvelables

ikea panneaux solaires

Ikea se lance dans la vente de panneaux solaires « clés en main »