in , ,

Face aux sanctions américaines, une vingtaine de nations musulmanes envisagent d’échanger avec un système d’or et de troc


L’Iran, la Malaisie, la Turquie et le Qatar envisagent d’échanger entre eux via un système d’or et de troc comme couverture contre d’éventuelles sanctions économiques à leur encontre, a déclaré samedi le Premier ministre malaisien Mahathir Mohamad.

À la fin d’un sommet islamique en Malaisie, Mahathir a félicité l’Iran et le Qatar pour avoir résisté aux embargos économiques et a déclaré qu’il était important que le monde musulman soit autonome pour faire face aux menaces futures.

« Alors que le monde voit des nations prendre des décisions unilatérales pour imposer de telles mesures punitives, la Malaisie et les autres nations doivent toujours garder à l’esprit qu’elles peuvent aussi être visées », a déclaré Mahathir.

Les États arabes alliés des États-Unis, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l’Égypte ont rompu leurs relations diplomatiques et commerciales avec le Qatar il y a environ 2 ans et demi en raison d’allégations selon lesquelles il soutiendrait le terrorisme, une accusation démentie par Doha. L’Iran a été durement touché après que les États-Unis lui ont imposé des sanctions l’an dernier.

« J’ai suggéré que nous réexaminions l’idée de négocier en utilisant le dinar d’or et le troc entre nous », a déclaré Mahathir, se référant à la pièce d’or islamique médiévale.

«Nous étudions sérieusement la question et nous espérons que nous pourrons trouver un mécanisme pour le mettre en œuvre.»

Les dirigeants ont convenu qu’ils avaient besoin de faire plus d’affaires entre eux et d’échanger avec leurs devises respectives.

Le sommet, qui a été ignoré par l’Arabie saoudite, a été critiqué par Ryad qui accuse la Malaisie de saper l’Organisation de coopération islamique (OCI), qui représente 57 nations à majorité musulmane. La Malaisie a déclaré que tous les membres de l’OCI avaient été invités au sommet de Kuala Lumpur, mais seulement une vingtaine se sont présentées.

Au quatrième et dernier jour du sommet, aucune déclaration commune n’avait été publiée. Le sommet devait aborder les principaux problèmes touchant les musulmans, notamment la Palestine, le Cachemire et le sort des musulmans rohingyas au Myanmar et les camps chinois pour les musulmans ouïghours dans sa région occidentale du Xinjiang.

Sans nommer de pays, Mahathir a dit craindre que les musulmans des pays non musulmans soient contraints à l’assimilation forcée.

« Nous soutenons l’intégration mais l’assimilation au point de faire disparaître notre religion est inacceptable », a-t-il déclaré.

Lors d’une conférence de presse, il a déclaré que les participants au sommet avaient été informés que des Ouïghours étaient détenus en Chine.

« Nous devons entendre l’etat (Pékin), nous devons entendre les gens qui se plaignent, alors seulement nous serons justes », a-t-il dit.

Il a qualifié le nouvel acte de citoyenneté de l’Inde de malheureux. La loi facilite une naturalisation plus rapide des non-musulmans d’Afghanistan, du Bangladesh et du Pakistan qui s’étaient installés en Inde avant 2015 à la condition qu’ils ne soient pas musulmans.


Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les Gilets Jaunes souhaitent un bon anniversaire à Emmanuel Macron en le parodiant

« Libérez le Père Noël ! » : le père Noël gilet jaune arrêté par la police