Effondrement de mon Sri Lanka : les compétences que j’aimerais enseigner à mes enfants

Sri Lanka effondrement compétences enfants
Un Srilankais et son fils avant l'effondrement

Indrajit Samarajiva est un écrivain qui vit à Colombo au Sri Lanka. Il vit en direct l’effondrement de son pays.

Le 25 mars 2022, quelques semaines avant que le Sri Lanka se déclare en faillite, l’auteur du blog indi.ca a posté un texte en anglais intitulé « Les compétences apocalyptiques que j’aimerais enseigner à mes enfants« . Nous vous proposons de le découvrir pour que chacun puisse le lire et faire sa propre autocritique.

**************

Je regarde mes enfants dormir pendant les coupures de courant, et je ne peux pas leur dire que ça va s’améliorer. Tout ce que je sais, c’est que ça va être pire. Nous ne les emmenons même plus au supermarché, qui sait ce qui les attend ?

Comment puis-je préparer mes enfants à un avenir auquel je ne suis pas prêt ? Comment leur donner des compétences que je n’ai pas ?

Quelle époque pour être un enfant. Quelle époque pour être un père.

Les supermarchés

Quand je grandissais dans l’Ohio (Etats-Unis), je me souviens être allé au supermarché avec mon père. Je m’accrochais à l’avant du chariot, mes petites sœurs s’accrochant de chaque côté. Je me rappelle encore à quel point cet endroit était vaste et froid, les allées s’étendant à l’infini dans l’esprit d’un enfant. Francis Fukuyama appelait cela « l’abondance spectaculaire des économies libérales avancées ».

J’ai été à l’intérieur. Qu’est-ce que le capitalisme ne pouvait pas fournir ?

Si vous preniez du beurre, un autre beurre glissait pour prendre sa place. Si vous preniez un fruit, un autre glissait vers le bas. Je me souviens m’être sentie complètement perdu au supermarché, accroché au chariot. Il n’y avait pas de saisons, il n’y avait pas de raisons. Tout ce que tu voulais, quand tu le voulais, c’était là.

Ne vous éloignez pas trop du chariot ou vous deviendrez vous-même une marchandise. Comme un yaourt en promotion, ils lisaient votre nom dans l’interphone et les parents intéressés pouvaient venir vous chercher. Je me demandais souvent s’il y avait un autre enfant derrière toi, au cas où le magasin n’en aurait plus.

LIRE AUSSI : Voilà comment le capitalisme s’est effondré dans mon Sri Lanka

Les marchés

Lorsque je suis revenu au Sri Lanka, mon beau-père allait toujours sur les marchés. Ils n’avaient rien de super. Un toit construit par le gouvernement et quelques étals en ciment. Je suppose qu’on peut appeler ça un marché « humide », ou ce que les Blancs appellent un « marché de producteurs ».

Il choisissait à la main les « meilleurs » fruits et légumes, et faisait même découper des poulets vivants à cet endroit. Quand il voulait faire un biriyani spécial, il ramenait une chèvre à la maison et la tuait lui-même. Nous tous, les jeunes, nous nous moquions de lui ou même le grondions. Avec les commodités modernes, quelle perte de temps. Quel est l’intérêt des vieilles méthodes, quand les nouvelles sont si brillantes et lumineuses ?

Eh bien, nous avions tort et il avait raison. En fait, nous devions remonter encore plus loin dans le temps.

Les fermes

Quand mon père était enfant, il a grandi dans une ferme. Non pas parce que mes grands-parents étaient agriculteurs, ils étaient enseignants, mais tout le monde gardait quelques animaux et cultivait des légumes. Alors mon Achchi tordait parfois le cou des poulets. Mon père s’est lié d’amitié avec un cochon nommé Tito, pleurant lorsque son compagnon de jeu était vendu à l’abattoir.

Il est étrange que nous considérions cette vie comme brutale, alors que nous sommes à l’autre bout, ramassant un « porc » torturé qui n’a jamais été nommé ou aimé. Avec le recul, Tito n’a pas eu la vie si dure. On se souvient encore de lui aujourd’hui.

LIRE AUSSI : Sri Lanka : deux jours de queue à la pompe pour obtenir du carburant

Dégénérescence

Ma génération est passée à côté de tout ça. Je ne veux pas dire que personne dans ma génération n’a grandi dans une ferme ou n’est allé au marché, mais que ce n’était pas la norme. Nous avons grandi à la fin de l’histoire et toutes ces choses faisaient partie du passé.

Nous avons été la première génération à grandir avec l’électricité constante, le transport maritime mondial, les télécommunications instantanées, un état de l’art en constante évolution. J’ai grandi de cette façon en Amérique, mais mes cousins du Sri Lanka aussi, juste un peu en décalage. Mais nous ne le savions pas. C’était de l’argent emprunté. C’était du temps emprunté. Tout a été volé à l’avenir, et cet avenir était celui de mon enfant.

Comme tout pacte avec le diable, au début tu as des trucs. Beaucoup de choses. Tout ce que vous avez toujours voulu. C’est pour ça que les gens font des pactes avec le diable en premier lieu.

Qu’est-ce que j’en sais ? J’étais un enfant. Personne ne nous a dit ce que coûterait l’utilisation de l’énergie et des ressources. Ils nous ont juste dit de recycler, et ça semblait assez facile. Nous semblions pouvoir sauver la couche d’ozone en changeant simplement de réfrigérateur, sauver le monde ne devait pas être si difficile. J’étais loin de me douter que j’étais né à l’ère de la « déconnade ». Mes enfants sont nés à l’âge de « et découvrez ».

Tout à coup, les supermarchés ne fonctionnent plus. Contrairement aux marchés humides en plein air, vous respirez un air piégé avec une maladie respiratoire autour. Ce n’est plus sûr. Je veux dire, c’est relativement sûr si vous portez un masque FFP2, mais ce n’est pas une journée amusante avec mes enfants non vaccinés.

Et l’illusion de l’abondance est brisée maintenant. Parfois, vous prenez un article sur l’étagère et c’est le dernier. Parfois, il n’y a rien du tout sur l’étagère. Parfois, le sang et les os surgissent de nulle part, comme lorsqu’une guerre en Ukraine rend le pain difficile à trouver au Liban. Nettoyage dans l’allée 5.

LIRE AUSSI : Sri Lanka : après l’effondrement, la population obligée de cuisiner au feu de bois

Apocalypse Now

Et donc nous y voilà. Je dirais que c’est un jugement cruel, mais c’est juste une régression vers la moyenne. Littéralement tous les humains qui ont marché sur la Terre avant ma génération avaient un sentiment de connexion avec elle. Ils le devaient. C’est seulement ma génération qui se demande pourquoi tout n’est pas emballé et n’arrive pas à temps. Et donc mes enfants devront découvrir leur connexion aussi. Même si c’est à une Terre qui a été considérablement, tragiquement, réduite.

Quelles sont les compétences apocalyptiques que j’aimerais enseigner à mes enfants ? Eh bien, leur Achchi fait pousser de la nourriture sur le toit de leur appartement, les enfants ont commencé à cueillir et à s’en occuper. Leur Appacha a élevé des poulets. Nous avions l’habitude de nous moquer de lui, mais maintenant ce sont les œufs que nous mangeons, et les enfants les recherchent tous les jours. Dernièrement, des œufs ont disparu. Je suppose qu’il y a quelqu’un dans le voisinage plus affamé que nous.

Il y a beaucoup d’autres choses – la nourriture, l’eau, la production d’énergie – que nos cousins de la campagne font mais que nous avons oubliées. Je veux dire que littéralement, nos cousins de la campagne vivent dans une ferme et produisent leur propre électricité. Avant, je m’interrogeais sur leur mode de vie isolé. Maintenant, je me demande comment.

Tout d’un coup, les choses sont inversées. Je suppose que nous avons vraiment atteint la fin de l’histoire. On a vraiment merdé et on doit se ressaisir. Alors je ramène mes enfants dans les supermarchés (en leur couvrant le visage), au marché (avec les pénuries du marché libre), jusqu’à la ferme, le village, les endroits que notre famille n’a jamais vraiment quittés, et je remercie Dieu.

Cet article était censé porter sur les compétences face à un effondrement à enseigner à mes enfants, mais qu’est-ce que j’en sais ? Mes principales compétences sont de remplir des formulaires et de filtrer les résultats de recherche, et ce n’est pas vraiment pertinent maintenant. Je pars du même point que mes propres enfants, et je suis vieux et lent. Donc je suppose qu’il ne s’agit plus d’élever des enfants. Nous devons nous élever les uns les autres maintenant.

LIRE AUSSI : Pour cet ancien trader de la City, des banques « parient sur l’effondrement » de la planète


NOUS SOUTENIR

Soutenir financièrement Issues.fr c’est assurer la pérennité et le développement d’un média indépendant qui partage des clés de lecture variées pour comprendre et analyser notre monde en mutation. 

Soutenez Issues.fr sur Tipeee

Suisse se prépare pénurie de gaz à l'échelle européenne électricité

La Suisse se prépare à un « risque concret de pénurie de gaz à l’échelle européenne »

Bill Gates acheter d'immenses terres agricoles

Le milliardaire Bill Gates continue d’acheter d’immenses terres agricoles, les agriculteurs en colère