in ,

Edward Snowden obtient la résidence permanente en Russie

Le lanceur d’alerte américain Edward Snowden a obtenu la résidence permanente en Russie, a déclaré jeudi son avocat.

Snowden, un ancien sous-traitant de la National Security Agency (NSA), vit en Russie depuis 2013 pour échapper aux poursuites aux États-Unis après avoir divulgué des documents classifiés détaillant les programmes de surveillance du gouvernement.

«Aujourd’hui, Snowden a reçu un permis de séjour pour une durée illimitée», a déclaré son avocat russe Anatoly Kucherena à l’agence de presse russe Tass.

Kucherena a déclaré à l’agence de presse Interfax que la demande avait été soumise en avril, mais en raison de la pandémie de coronavirus et des restrictions de verrouillage, il a fallu plus de temps aux autorités d’immigration pour l’examiner.

LIRE AUSSI : Edward Snowden : « Dans des villes surpeuplées et polluées, rien n’est plus prévisible qu’une pandémie »

Snowden a pu obtenir des droits de résidence permanente en raison des changements apportés aux lois sur l’immigration en Russie en 2019, a déclaré l’avocat. Kucherena a ajouté que Snowden n’envisageait pas de demander la citoyenneté russe pour le moment.

Manuel Valls, alors Premier ministre sous la présidence de François Hollande, s’était dit opposé à la demande d’asile d’Edward Snowden. Plus tard, le lanceur d’alerte américain avait critiqué la loi renseignement portée par le Premier ministre en 2015, accusant le gouvernement français d’exploiter “des tragédies récentes (Charlie Hebdo) pour obtenir de nouveaux pouvoirs intrusifs, malgré des preuves éclatantes que ceux-ci n’auraient pas permis d’empêcher ces attaques”.

LIRE AUSSI : Le programme de surveillance de masse de la NSA dénoncé par Snowden était illégal selon un Tribunal américain

Lire l’édito : « La fin du monde approche et c’est une bonne nouvelle » : mouais… (édito)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    L’eau du réacteur de Fukushima pourrait endommager l’ADN humain si elle est libérée (Greenpeace)

    Après une contestation populaire, les chiliens obtiennent le droit de rédiger une nouvelle constitution