in

Après une contestation populaire, les chiliens obtiennent le droit de rédiger une nouvelle constitution

Le Chili a voté à une écrasante majorité en faveur de la réécriture de la constitution du pays pour remplacer les principes directeurs imposés il y a quatre décennies sous la dictature militaire du général Augusto Pinochet.

Les électeurs ont également choisi que la nouvelle constitution soit entièrement rédigée par un organe élu par le peuple – ce qui signifie qu’aucun législateur actif ne peut être impliqué dans le processus.

Le président Sebastián Piñera a reconnu la victoire de ceux qui souhaitaient une nouvelle charte, mais a averti que ce n’était que le début d’un long processus.

«À partir d’aujourd’hui, nous devons tous collaborer pour que la nouvelle constitution soit le cadre idéal pour l’unité, la stabilité et l’avenir», a-t-il déclaré.

Les manifestations débutées en 2019 ont débouché sur une écrasante victoire – 78% – des personnes soutenant une nouvelle charte pour remplacer celle imposée par le dictateur militaire Pinochet.

La convention spéciale commencera à rédiger une nouvelle constitution qui sera soumise aux électeurs à la mi-2022.

Le référendum a été concédé par Piñera en novembre de l’année dernière après qu’une hausse des tarifs des tickets de métro s’est transformée en un mouvement social contre les inégalités et le coût élevé de la vie. Les manifestations ont connu des épisodes de violence. Les affrontements avec les forces de police ont fait plus de 30 morts et des milliers de blessés parmi les civils.

Les manifestants revendiquaient des réformes des secteurs privatisés de l’éducation, de la santé et des retraites du pays, qui ont convergé vers un appel à changer la constitution de l’ère Pinochet.

Rédigée principalement par le conseiller de Pinochet Jaime Guzmán, la constitution de 1980 s’est appuyée sur les philosophies néolibérales des Chicago Boys, un groupe de conservateurs chiliens encadrés par l’économiste américain Milton Friedman.

Cet ultra-libéral avait préconisé une intervention minimale de l’État, permettant au secteur privé de contrôler les services publics. Conçue pendant une dictature coupable d’assassinats politiques, de tortures et d’exils, la constitution de 1980 a été compromise depuis sa création.

Et si la France en prenait de la graine ?

En France, le mouvement social des gilets jaunes a fait face à une terrible répression de la part des forces de l’ordre. L’idée d’une plus grande participation des citoyens, en plus de la question sociale, avait aussi été portée par les manifestants.

Côté écologie, la convention citoyenne pour le climat organisée par Emmanuel Macron a montré ses limites. Malgré les promesses de respecter les choix des bénévoles qui ont travaillé pendant 6 mois sur des propositions pour la transition écologique, le Président de la République a déjà indiqué que les mesures proposées ne seraient pas toutes respectées. Cyril Dion, l’un des garants de la convention, a accusé Emmanuel Macron de ne pas “respecté sa parole”.

LIRE AUSSI : Pierre Moscovici arrive à la Cour des comptes et multiplie son budget par trois

Lire l’édito : « La fin du monde approche et c’est une bonne nouvelle » : mouais… (édito)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Edward Snowden obtient la résidence permanente en Russie

    Aurélien Barrau : “C’est la vie sur Terre qui est en train de péricliter !” | VIDEO