in ,

Coronavirus. Une leçon depuis la Chine: ne faites pas payer les tests et les traitements aux patients


Photo : AFP / George Gobet

L’épidémie de coronavirus a été combattue par tous les moyens en Chine : confinements et tests obligatoires. En Occident, les autorités tardent à mettre en place des mesures de restriction de circulation et certaines refusent d’offrir les frais quant au dépistage et au traitement de la maladie.

Depuis le début de la semaine, l’Italie a placé tout son territoire en quarantaine. Une mesure inédite dans la lutte contre l’épidémie de coronavirus. Cette mesure intervient tard alors que les médecins italiens alarment les autorités face à leur incapacité à gérer l’afflux massif de malades.

En France, le gouvernement refuse toute mesure drastique de quarantaine et préfère opter pour un confinement individuel et volontaire. Une stratégie critiquée indirectement par l’OMS qui appelle à agir « rapidement » pour endiguer ce « virus très dangereux ». Les hôpitaux français manquent de masques FFP2, de moyens de dépistage et désormais, seuls les cas graves seront dépistés puisque les moyens manquent cruellement.

Aux Etats-Unis, la situation pourrait devenir catastrophique alors que le coronavirus a déjà fait une trentaine de victimes. De nombreux malades pourraient décider de ne pas se faire dépister et refuser l’hospitalisation afin d’éviter des frais importants qu’ils n’auraient pas la capacité de payer. Le lobby des assurances America’s Health Insurance Plans a déclaré que les individus devaient vérifier auprès de leurs assureurs la couverture des coûts liés à Covid-19. Une menace directe contre tous ceux qui pensaient pouvoir se soigner dans les meilleures conditions sans se retrouver à casser leur tirelire.

En Chine, le gouvernement a affecté 110,48 milliards de yuans pour le traitement des malades, des subventions pour le personnel médical et équipement médical. Le foyer de l’épidémie a également été rapidement mis en quarantaine afin d’empêcher la propagation du virus dans le pays, des méthodes louées par les observateurs étrangers et notamment l’OMS.

A Hong-Kong, Dirk Pfeiffer, épidémiologiste de la City University, a déclaré que le manque d’accès au soin entrave les efforts de lutte contre l’épidémie.

«De toute évidence, partout où vous devez payer pour des soins de santé, les personnes présentant des symptômes bénins dans les groupes à faible revenu hésiteront à visiter un établissement de soins de santé, et cela peut également être le cas chez certaines personnes atteintes d’une maladie grave. Ces comportements vont prolonger l’épidémie », a déclaré Pfeiffer.

Selon lui, la meilleure solution reste la mise à distance sociale afin d’éviter la prolifération du virus.

«Je ne pense pas que les tests à grande échelle soient réalistes dans la plupart des pays en raison du nombre important de tests requis. Et même lorsque cela est possible, il n’éradiquera pas le virus de la population. Par conséquent, les tests devraient rester basés sur les risques, en se concentrant, par exemple, sur ceux qui sont en contact avec des cas connus », a-t-il déclaré au South China Morning Post.

Pfeiffer a déclaré que dans les sociétés démocratiques occidentales, la mise à distance sociale serait basée principalement sur le choix personnel contrairement à la Chine.

« La conséquence de cette différence sera que l’épidémie durera plus longtemps dans les pays où la mise à distance sociale est volontaire », cite le South China Morning Post.

La France se prépare à entrer dans le stade 3 du plan gouvernemental contre le coronavirus. Le Directeur général de la Santé du Ministère, Jérôme Salomon, a rappelé que le COVID-19 n’avait rien à voir avec la grippe saisonnière. De nouvelles mesures sanitaires pourraient être prises dans les prochains jours dans certaines régions où apparaissent des « clusters ».

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le cri d’alarme d’un acteur de la série Gomorra confiné 24 heures avec sa sœur morte du coronavirus

Coronavirus. Bill Gates fait un don de 50 millions de dollars pour la recherche d’un traitement