in , ,

Coronavirus. La plus grande banque américaine prévoit une récession aux États-Unis et en Europe cet été


La plus grande banque américaine prévoit que la pandémie de coronavirus plongera les économies américaine et européenne dans une profonde récession dès cet été.

Les craintes de JPMorgan sur le virus « ont considérablement évolué ces dernières semaines » alors que l’épidémie s’est étendue dans le monde entier et a alimenté les pires chutes des marchés boursiers depuis des décennies.

L’économie américaine pourrait reculer de 2% au premier trimestre et de 3% au deuxième, selon JPMorgan, tandis que l’économie de la zone euro pourrait se contracter de 1,8% et 3,3% au cours des mêmes périodes.

Une récession technique est définie comme deux trimestres consécutifs de croissance négative du produit intérieur brut. Les économistes des marchés émergents de la banque n’ont pas mis à jour leurs estimations de croissance, mais « l’évolution des nouvelles sur le virus et le resserrement matériel » des conditions financières de ces marchés font qu’il est « raisonnable de s’attendre à de nouvelles révisions à la baisse » du PIB mondial du premier semestre, ont expliqué des économistes.

L’épidémie a été initialement considérée comme un choc de courte durée mais perturbateur pour les économies mondiales, mais deux développements clés ont amené la banque à se préparer à une contraction « beaucoup plus marquée » au premier semestre et à une « nouvelle récession mondiale ».

Les économistes ont d’abord cité «l’arrêt brutal» de l’activité économique créé par les quarantaines et les mesures de distanciation sociale dans le monde. L’Italie, où le nombre de cas a dépassé les 27 000, est en confinement et de nombreux pays, dont les États-Unis, ont interdit certains voyages pour limiter la contagion. Les annulations de grands événements sportifs, culturels et commerciaux réduiront encore les dépenses de consommation et l’incertitude entourant le virus rendra encore plus difficile un redémarrage économique coordonné, ont déclaré les économistes.

LIRE AUSSI : Crise financière. Wall Street plonge dans le doute

Les fluctuations importantes des cours des marchés financiers et la chute des prix des actifs contribueront également à la contraction économique au cours des deux prochains trimestres, selon JPMorgan. Les conditions financières du monde entier se « resserrent fortement à mesure que la perception de la qualité de la confiance » se détériore sur plusieurs actifs, ont déclaré les économistes. Le risque de crise de la dette souveraine et des entreprises s’ajoute aux perspectives économiques déjà désastreuses de l’entreprise.

« Alors que nous nous résignons à l’inéluctabilité d’un choc important et généralisé sur la croissance mondiale, la question clé est de savoir si nous pouvons éviter un événement de récession traditionnel et de plus longue durée », a écrit JPMorgan.

La clé pour éviter un coup encore plus grave à la croissance mondiale réside dans les réponses politiques des pays, selon les économistes de la banque. Les autorités doivent cibler les secteurs en difficulté avec des mesures de relance, limiter les tensions sur les marchés financiers et soutenir la demande des consommateurs par le biais de la politique monétaire a indiqué JPMorgan. Tout manque à gagner risque une récession qui durera tout au long de 2020, a ajouté la firme.

LIRE AUSSI : Covid-19, le Terminator de la finance mondiale ?

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chef des urgences de l’hôpital Pompidou : « La France est un pays sous-développé en matière de santé »

Un chauffeur routier : « Arrêtez de vous jeter sur les rayons, vos magasins seront approvisionnés normalement! «