in , ,

Paolo Gentiloni : « L’Europe vit un choc économique sans précédent depuis les temps modernes »


L’Europe est au milieu d’une récession sans précédent depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, et le pire est encore à venir, a déclaré jeudi la présidente de la Banque Centrale Européenne en décrivant un scénario qui permettra de tester jusqu’où les dirigeants politiques du continent sont prêts à aller pour préserver leur union fracturée.

« La zone euro est confrontée à une contraction économique d’une ampleur et d’une rapidité sans précédent en temps de paix », a déclaré Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne.

La patronne de la BCE a annoncé que l’économie de la zone euro pourrait se contracter de 12 % cette année. Le conseil des gouverneurs de la banque a décidé jeudi de payer les banques pour qu’elles prêtent de l’argent et s’est engagé à faire tout ce qui est nécessaire pour contrecarrer l’impact économique de la pandémie de coronavirus.

Mais de nombreux économistes et responsables gouvernementaux s’accordent à dire que malgré la puissance de feu monétaire affichée par la banque centrale, qui pourrait injecter plus de 4 000 milliards de dollars dans l’économie, elle ne suffira pas à garantir la survie de la zone euro sans l’aide des gouvernements.

« L’Europe vit un choc économique sans précédent dans les temps modernes », a déclaré Paolo Gentiloni, commissaire européen à l’économie et ancien premier ministre italien. « C’est pourquoi nous avons besoin d’un plan de relance suffisamment important, ciblé sur les économies et les secteurs les plus durement touchés, et déployable dans les prochains mois ».

Mme Lagarde a exhorté les dirigeants européens à aller au-delà des sommes relativement modestes qu’ils ont déjà promis et à « travailler à la création d’un fonds de relance consacré à la gestion de cette crise sans précédent ».

Son évaluation de l’impact économique de la crise du coronavirus est intervenue après que l’agence de statistiques de l’Union européenne ait estimé que la production économique de la zone euro avait chuté de 3,8 % au cours des trois premiers mois de l’année, soit la plus mauvaise performance de la région depuis l’introduction de la monnaie commune en 1999. L’économie française a chuté de 5,8 %, l’Espagne de 5,2 % et l’Italie de 4,7 %, soit les plus fortes baisses depuis la Second Guerre Mondiale.

L’Italie et l’Espagne, toutes deux durement touchées par le virus, sont à la tête d’un bloc de pays européens plus faibles qui réclament un fonds d’au moins 1 500 milliards d’euros pour aider la région à se remettre sur pied.

Mais les dirigeants de l’Union européenne sont retombés dans des logiques de camps. L’Allemagne, les Pays-Bas et d’autres pays plus riches du Nord ont insisté pour que les pays pauvres du Sud financent leur propre redressement – ignorant, selon les critiques, à quel point leurs destins économiques sont liés.

L’Italie est un important fournisseur de pièces détachées pour les voitures allemandes, mais son lourd endettement pourrait provoquer une crise financière qui serait dévastatrice pour le continent. Le fardeau de la lutte contre le coronavirus devrait pousser la dette du gouvernement italien au-dessus de 150 % du produit intérieur brut, un niveau dangereusement élevé. Si les investisseurs perdent confiance dans la capacité de l’Italie à assurer le service de sa dette et se débarrassent des obligations italiennes, les banques allemandes seront parmi les plus touchées.

Comme ce fut le cas lors de la dernière crise de la zone euro, qui s’est terminée il y a seulement cinq ans, la banque centrale devra ramasser les pots cassés.

« Si, comme nous le prévoyons, les pays ne parviennent pas à un accord dans un avenir prévisible », a déclaré Jörg Krämer, l’économiste en chef de la Commerzbank, dans une note aux clients, « la pression va rapidement remonter sur les marchés obligataires, ce qui devrait inciter la B.C.E. à intervenir ».

La banque centrale n’a modifié aucun de ses taux d’intérêt officiels jeudi, mais elle a en fait abaissé son principal taux de prêt en dessous de zéro.

Sous certaines conditions, la banque centrale autorisera les banques commerciales de la zone euro à emprunter à un taux de -1 %, à condition que l’argent soit transmis aux entreprises et aux consommateurs. Et dans le cadre d’un programme comportant moins de conditions, les banques pourront emprunter autant qu’elles le souhaitent à la banque centrale à un taux négatif de 0,25 %.

Les taux d’intérêt négatifs signifient que les banques pourraient emprunter jusqu’à 3 000 milliards d’euros sans avoir à rembourser tout l’argent.

La banque centrale a également déclaré qu’elle était prête à augmenter encore ses achats d’obligations d’État et d’entreprises, une forme d’impression de monnaie destinée à maintenir les taux d’intérêt du marché à un niveau bas et à faciliter l’obtention de crédits par les entreprises et les consommateurs.

La banque centrale avait précédemment affecté plus de 750 milliards d’euros d’euros au rachat massif de dette Mais la banque a déclaré jeudi qu’elle était prête à augmenter cette somme « autant que nécessaire et pour aussi longtemps que nécessaire ».

« Nous sommes totalement flexibles et nous examinerons toutes les options », a déclaré Mme Lagarde.

Aussi mauvaises que puissent être les données publiées jeudi, le trimestre en cours pourrait être encore pire. Les fermetures n’ont commencé qu’en mars, vers la fin de la période de trois mois couverte par le rapport. Mme Lagarde a déclaré que la production de la zone euro pourrait diminuer de 15 % au deuxième trimestre.

« Des secteurs de l’économie sont tout simplement à l’arrêt », a-t-elle déclaré.

L’économie devrait rebondir plus tard dans l’année, mais le déclin total pour 2020 sera d’au moins 5 % et même peut-être de 12 %.

Les données officielles publiées jeudi commencent seulement à révéler l’ampleur des dommages causés par les mesures de confinement visant à empêcher la propagation du coronavirus.

Le chômage dans la zone euro a légèrement augmenté en mars, passant de 7,3 % en février à 7,4 % en mars, interrompant une reprise de l’emploi qui était en cours depuis le point bas de la crise de la dette de la zone euro en 2013.

En France, en Allemagne et dans de nombreux autres pays, des millions de salariés bénéficient de congés subventionnés par le gouvernement et ne sont pas considérés comme des chômeurs. En Allemagne, le taux de chômage est passé de 5,1 % en mars à 5,8 %. Bien que 2,6 millions d’Allemands soient officiellement au chômage, plus de 10 millions sont en congé.

Il est presque certain que le taux de chômage augmentera encore, car les compagnies aériennes, les constructeurs automobiles et d’autres grandes entreprises commencent à licencier des travailleurs en réaction à la chute des ventes.

L’inflation dans la zone euro, autre indicateur de détresse, est tombée à un taux annualisé de 0,4 % en avril, contre 0,7 % en mars, avec la chute des prix du pétrole. Ce taux est le plus bas depuis 2016. Cependant, les prix des denrées alimentaires, de l’alcool et du tabac ont explosé.

Mme Lagarde a refusé de spéculer sur le fait que la zone euro risquait de glisser vers la déflation, une spirale descendante ruineuse des prix et de la demande.

Vous restez encore un peu?

Issues.fr vous remercie, vous êtes toujours plus nombreux à nous lire et votre fidélité nous réjouit. Pour maintenir notre travail, garder notre liberté critique et surtout vous proposer toujours plus de contenus de qualité, des articles détaillés et des vidéos inédites, nous avons besoin de vous.

Votre soutien nous garantit de poursuivre notre quête d’exigence journalistique et d’élargir notre champ d’investigation. Il est essentiel de continuer à s’interroger et à échanger. Chaque contribution est précieuse!

Pour faire un don, même 1 euro, c’est ici : https://en.tipeee.com/issuesfr/

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La carte de France du déconfinement

Didier Raoult : « Grâce à notre traitement, nous avons eu trois fois moins de morts »