🔮 SCANDALE. Une commande française de masques dĂ©tournĂ©e vers les Etats-Unis sur un tarmac chinois

La France connaĂźt d’importants problĂšmes d’approvisionnement en matĂ©riel mĂ©dical et de protection. En plus du stock de masques FFP2 dilapidĂ© avant la pandĂ©mie, la France fait face Ă  une politique agressive des amĂ©ricains qui augmentent les prix pour s’accaparer les stocks des fournisseurs chinois ou italiens.

Renaud Muselier, PrĂ©sident de la rĂ©gion Paca et de l’association des rĂ©gions de France, a dĂ©noncĂ© sur RT France le dĂ©tournement d’une commande française de masques par les Etats-Unis sur le tarmac d’un aĂ©roport chinois.

«La commande avec le paiement a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©e, c’est-Ă -dire que les masques sont fabriquĂ©s et en attente en Chine, assurait l’élu. La difficultĂ© que nous rencontrons c’est l’acheminement. [
] Ce matin sur le tarmac [de l’aĂ©roport], en Chine, une commande française a Ă©tĂ© achetĂ©e par les AmĂ©ricains cash, et l’avion qui devait venir en France est parti directement aux Etats-Unis. Devant ces problĂšmes, je suis en train de sĂ©curiser la marchandise de façon Ă  ce [
] qu’elle ne soit pas saisie ou achetĂ©e par d’autres.» Au prix d’un retard de plusieurs jours dans la livraison.

Les Etats-Unis sont en train de devenir le nouvel Ă©picentre de l’Ă©pidĂ©mie de coronavirus. Face au retard pris par l’administration de Donald Trump, les autoritĂ©s amĂ©ricaines usent dĂ©sormais de tous les subterfuges pour rĂ©cupĂ©rer le maximum de matĂ©riel sanitaire. LibĂ©ration cite sous couvert d’anonymat un proche de Renaud Muselier qui confirme les propos de ce dernier.

«Effectivement, les masques deviennent des denrĂ©es rares, et les AmĂ©ricains les achĂštent partout oĂč ils en trouvent, peu importe le prix, confirme-t-on, sous couvert d’anonymat, dans l’une des rĂ©gions victimes du procĂ©dĂ©. Ils payent le double et comptant, avant mĂȘme d’avoir vu la marchandise. Nous, on ne peut pas se le permettre, on n’avance rien et on paye Ă  la rĂ©ception. Évidemment, on a des engagements signĂ©s avec les producteurs, mais on n’est pas dans une situation normale
 Par ailleurs, ces derniers jours, la Chine a elle-mĂȘme bloquĂ© un certain nombre de livraisons. C’est une course contre la montre pour trouver un producteur qui soit fiable, puis un moyen d’expĂ©dier la commande chez nous.»

Les collectivitĂ©s territoriales se sont retrouvĂ©es abandonnĂ©es par l’Etat et ont dĂ©cidĂ© de passer eux-mĂȘmes leurs commandes. Cependant, les usines chinoises et les aĂ©roports semblent engorgĂ©s par le nombre de commandes.

La situation n’est guĂšre mieux en ce qui concerne les Ă©couvillons (coton-tiges) qui servent Ă  effectuer les tests contre le coronavirus. Les amĂ©ricains sont de nouveau passĂ©s devant la France en Italie en prĂ©emptant tous les Ă©couvillons des industriels italiens. L’armĂ©e US a utilisĂ© ses avions de guerre pour rĂ©cupĂ©rer les stocks disponibles.

Une situation de guerre dans laquelle la France est incapable de rivaliser avec ses concurrents. De nouveau, les français font face Ă  l’incompĂ©tence du gouvernement n’arrivant pas Ă  organiser la sĂ©curisation des stocks achetĂ©s Ă  l’Ă©tranger.

De New-York à AirbnB, la crise du coronavirus risque de provoquer une crise immobiliÚre sans précédent

Olivier Delamarche : “On va ĂȘtre dans une rĂ©cession monumentale!”