Le tribunal administratif de Lyon s’oppose à l’obligation sans condition du port du masque à l’extérieur

Le Tribunal Administratif de Lyon a ordonné au Préfet du Rhône de modifier son arrêté rendant le port du masque à l’extérieur obligatoire à Lyon et Villeurbanne. La Préfecture a quatre jours pour le faire sous peine de voir la mesure suspendue.

L’obligation du port du masque à l’extérieur est de plus en plus critiquée. Les Préfectures pourraient bien avoir du travail puisque de plus en plus de tribunaux administratifs s’opposent à cette mesure.

A Lyon, la Préfecture va devoir préciser son arrêté avant le 8 septembre sinon la mesure sera suspendue. Le tribunal demande au préfet d’exclure de l’obligation du port du masque dans des lieux «  »qui ne sont pas caractérisés par une forte densité de population ou par des circonstances locales susceptibles de favoriser la diffusion » du coronavirus.

En plus du lieu, la Préfecture doit préciser les horaires auxquels s’appliquent cette mesure.

« Les périodes horaires durant lesquelles aucun risque particulier de propagation de ce virus n’existe » ne devront plus être soumises à cette obligation, écrit le tribunal.

Depuis le 1er septembre, le masque a été rendu obligatoire à l’extérieur à Lyon et Villeurbanne pour éviter une seconde vague épidémique. Cependant cette mesure est critiquée car pas suffisamment étayée scientifiquement.

L’avocat des soignants, Fabrice Di Vizio, a annoncé dans les médias qu’avec deux collectifs, l’un de victimes du Covid-19 et l’autre de soignants, il attaquera en justice les arrêtés préfectoraux rendant obligatoire le masque à l’extérieur.

Dans le même temps, l’avocat a rappelé l’importance de porter le masque dans les lieux clos et a indiqué ne pas comprendre pourquoi ce n’était pas le cas sur les plateaux de télévision.

VOIR AUSSI : Il enlève son masque «quelques secondes» dans la gare pour manger un Kinder… et se prend une amende

Coronavirus : déjà une centaine de classes et 22 établissements fermés

Le changement climatique responsable de l’effondrement de l’ancienne civilisation de la vallée de l’Indus