in ,

Le coronavirus « pourrait infecter 60% de la population mondiale s’il n’est pas contrôlé » (doyen de la faculté de médecine d’Hong Kong)


Gabriel Leung (left), dean of faculty of medicine at the University of Hong Kong, discusses the spread of the disease at a press conference on January 27. Photo: Edmond So

L’épidémie de coronavirus pourrait s’étendre à environ les deux tiers de la population mondiale si elle ne peut pas être maîtrisée, selon le principal épidémiologiste de la santé publique de Hong Kong.

Son avertissement est intervenu après que le chef de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a révélé des cas récents de patients atteints de coronavirus qui n’avaient jamais visité la Chine. Ces contamination pourraient être la «pointe de l’iceberg» selon Gabriel Leung.

Le professeur Gabriel Leung, doyen de la Faculté de médecine Li Ka Shing à l’ Université de Hong Kong (HKU), a déclaré que la question primordiale était de déterminer la taille et la forme de l’iceberg. La plupart des experts pensaient que chaque personne infectée transmettrait le virus à environ 2,5 autres personnes. Cela a donné un «taux d’attaque» de 60 à 80%.

“Soixante pour cent de la population mondiale est un nombre effroyablement élevé”, a déclaré Leung au Guardian à Londres, en route pour une réunion d’experts à l’OMS à Genève mardi.

Même si le taux de mortalité général est aussi bas que 1%, ce que Leung pense être possible une fois que les cas plus légers sont pris en compte, le nombre de morts serait énorme.

Il expliquera à la réunion de l’OMS que le principal problème est l’ampleur de l’épidémie mondiale croissante et que la deuxième priorité est de savoir si les mesures drastiques prises par la Chine pour empêcher la propagation ont fonctionné – car si c’est le cas, d’autres pays devraient penser à adopter les mêmes.

La réunion de Genève rassemble plus de 400 chercheurs et autorités nationales, dont certains participent par vidéoconférence en provenance de Chine et de Taïwan. 

“Avec 99% des cas en Chine, cela reste une urgence pour ce pays, mais qui représente une menace très grave pour le reste du monde”, a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, dans son discours d’ouverture. “À ce jour, la Chine a signalé 42 708 cas confirmés, dont 1 017 décès”, a indiqué M. Tedros.

Leung – l’un des experts mondiaux des épidémies de coronavirus, qui a joué un rôle majeur dans l’épidémie de Sars en 2002-03 – travaille en étroite collaboration avec d’autres scientifiques de premier plan tels que des homologues de l’Imperial College de Londres et de l’Université d’Oxford.

Fin janvier, il a averti dans un article du Lancet que l’épidémie était susceptible de «croître de façon exponentielle» dans les villes de Chine, avec une ou deux semaines du retard surWuhan. Ailleurs, «des flambées indépendantes et autonomes dans les grandes villes du monde pourraient devenir inévitables» en raison du mouvement important de personnes infectées n’ayant pas encore développé de symptômes et l’absence de mesures de santé publique pour arrêter la propagation.

Les épidémiologistes et les modélisateurs essayaient de comprendre ce qui allait probablement arriver, a déclaré Leung. 

«60 à 80% de la population mondiale va-t-elle être infectée? Peut être pas. Peut-être que cela viendra par vagues. Peut-être que le virus atténuera sa létalité, car ça ne l’aidera certainement pas s’il tue tout le monde sur son passage, car il sera également tué », a-t-il déclaré.

Les experts doivent également savoir si les restrictions dans le centre de Wuhan et dans d’autres villes ont réduit les infections. 

“Ces interventions massives de santé publique, l’éloignement social et les restrictions de mobilité ont-elles fonctionné en Chine?”, A-t-il demandé. “Si oui, comment pouvons-nous les déployer, ou n’est-ce pas possible?”

Il y aurait des difficultés. «Supposons qu’ils aient travaillé. Mais combien de temps pouvez-vous fermer des écoles? Combien de temps pouvez-vous verrouiller une ville entière? Combien de temps pouvez-vous éloigner les gens des centres commerciaux? Et si vous supprimez ces [restrictions], est-ce que tout cela va revenir et faire rage à nouveau? Ce sont donc des questions très réelles », a-t-il déclaré.

Si le verrouillage de la Chine n’a pas fonctionné, il y a une autre vérité désagréable à affronter: que le coronavirus pourrait ne pas être en mesure d’être contenu. Ensuite, le monde devra changer de voie: au lieu d’essayer de contenir le virus, il devra travailler d’atténuer ses effets.

Pour l’instant, les mesures de confinement sont essentielles. Leung a déclaré que la période de temps où les gens étaient infectés mais ne montraient aucun symptôme restait un énorme problème. La quarantaine était nécessaire, mais pour s’assurer que les gens ne portaient pas encore le virus à leur départ, tout le monde devrait idéalement être testé tous les deux jours. Si quelqu’un dans un camp de quarantaine ou sur un bateau de croisière sinistré est positif, l’horloge doit être réinitialisée à 14 jours de plus pour tous les autres.

Certains pays à risque en raison des mouvements de personnes à destination et en provenance de Chine ont pris des précautions. Lors d’une visite en Thaïlande il y a trois semaines, Leung a parlé au ministre de la Santé et a conseillé la mise en place de camps de quarantaine, ce que le gouvernement a fait. Mais d’autres pays ayant des liens avec la Chine semblent, inexplicablement, n’avoir aucun cas – comme l’Indonésie. “Où sont-ils?”, A-t-il demandé.

Les scientifiques ne savent toujours pas avec certitude si la transmission se fait par le biais de postillons de toux ou éventuellement de particules en suspension dans l’air. 

«Il est assez difficile de faire ce genre de travail minutieux et détaillé quand tout fait rage. Et à moins que cela ne fasse rage, il est peu probable que vous obteniez suffisamment de cas confirmés », a-t-il déclaré. «Avec le Sars, nous n’avons jamais eu la chance de faire ce genre d’études.»

Hong Kong, qui compte 36 cas confirmés de coronavirus, connaissait d’importants troubles avant l’arrivée de épidémie, a déclaré Leung.

«Vous avez besoin d’une confiance supplémentaire, d’un sens de solidarité supplémentaire, d’un sens supplémentaire de bonne volonté, qui ont tous été complètement épuisés – chaque dernière goutte dans ce réservoir de carburant de capital social a été épuisée après maintenant huit mois de troubles sociaux, donc l’épidémie ne pouvait pas venir à un pire moment », a-t-il dit.

Traduction rapprochée de l’article du Guardian : Coronavirus ‘could infect 60% of global population if unchecked’


Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Commentaires

0 Commentaires

Les députés socialistes veulent créer une commission d’enquête sur les retraites

Les immigrés s’intègrent bien plus qu’on ne le dit dans les médias