in ,

Au moins 500 membres du personnel médical de Wuhan infectés par le coronavirus


Au moins 500 membres du personnel hospitalier de Wuhan ont été infectés par la nouvelle souche mortelle de coronavirus à la mi-janvier, ont confirmé plusieurs sources médicales, laissant les hôpitaux à court de personnel et suscitant une vive inquiétude parmi les agents de santé.

Bien que le gouvernement ait signalé des cas individuels d’infection de travailleurs de la santé, il n’a pas fourni le tableau complet. Les médecins et les infirmières n’ont pas eu le droit de rendre public le nombre de collègues malades.

Une diapositive qui circule en ligne révèle cependant l’ampleur des infections parmi les travailleurs médicaux à Wuhan. A la mi-janvier, il y avait environ 500 cas confirmés parmi le personnel hospitalier et 600 autres suspects.

Une source d’un grand hôpital de Wuhan connaissant la situation a confirmé que la diapositive était authentique. Les chiffres indiqués sur la diapositive étaient également conformes aux chiffres fournis par deux autres médecins des principaux hôpitaux de Wuhan.

Les personnes infectées comprennent au moins 100 membres du personnel de l’hôpital de Wuhan Xiehe et de l’hôpital Renmin de l’Université de Wuhan, avec 50 autres cas chacun de l’hôpital numéro 1 de Wuhan et de l’hôpital Zhongnan.

Vendredi dernier, un document de recherche publié par des médecins de l’hôpital de Zhongnan dans le Journal de l’American Medical Association a indiqué qu’au moins 40 travailleurs médicaux avaient été infectés.

En plus d’entraver la capacité des hôpitaux à contenir l’épidémie et à traiter les patients, les médecins spécialistes ont déclaré que le taux d’infections parmi le personnel en première ligne était un indicateur important de la facilité de transmission de la maladie, qui a tué plus de 1 000 personnes, et des risques de contracter le virus à l’hôpital.

Un médecin d’un grand hôpital de Wuhan, qui a demandé de garder l’anonymat, a déclaré que l’augmentation des médecins infectés avait fait baisser le moral, ajoutant que de nombreux travailleurs médicaux étaient «dévastés» lorsqu’ils ont vu les tomodensitogrammes de collègues infectés.

“C’est pourquoi nous avons réclamé davantage de dons de fournitures médicales, en particulier des combinaisons de protection contre les matières dangereuses”, a déclaré un médecin, décrivant comment une zone de quarantaine réservée aux travailleurs médicaux malades était maintenant pleine. 

«Nous avons vu trop de collègues tomber malades à cause d’une protection insuffisante.»

Les médecins et les experts médicaux ont déclaré qu’une pénurie d’équipement de protection, des heures de travail trop longues et un manque de sensibilisation à la contagiosité du virus avaient été des facteurs majeurs du grand nombre d’infections.

Yu Changping, spécialiste des voies respiratoires à l’hôpital Renmin de l’Université de Wuhan, a développé une fièvre le 14 janvier et il a été confirmé par la suite avoir contracté le virus.

Il a indiqué qu’il n’était pas sûr de la date exacte de son infection car il traitait de nombreux patients chaque jour et les chances d’être infecté étaient élevées.

«Le virus est trop contagieux. Nous ne connaissons pas assez le virus », a-t-il déclaré.

Yu a été admise à l’hôpital le 17 janvier avec un autre collègue du même département et est toujours traitée.

La mort d’au moins trois travailleurs de la santé de Wuhan a été signalée jusqu’à présent – y compris celle de Li, dont le cas a déclenché une tempête d’indignation nationale au sujet des premières tentatives de dissimuler l’épidémie.

Le directeur adjoint du département de Li, Mei Zhongming, aurait également été infecté. On ignore également si un patient a été infecté par des agents de santé malades.

Selon les propres publications de Li sur le réseau social Weibo, il a contracté la maladie le 8 janvier d’un patient, mais n’a commencé à montrer des symptômes que deux jours plus tard.

Ian Lipkin, professeur d’épidémiologie John Snow à la Mailman School of Public Health de l’Université Columbia, a déclaré que les risques auxquels étaient confrontés les agents de santé étaient élevés, même avec un équipement de protection.

«La raison est que les médecins et les agents de santé ont une relation très intime avec leurs patients, et même avec des équipements de protection individuelle, parfois nous les utilisons tard, parfois nous nous exposons par inadvertance, nous expose à des risques extrêmement élevés », a-t-il déclaré lors d’une réunion dimanche après avoir visité la Chine à l’invitation du gouvernement.

«De plus, les personnes qui travaillent en milieu hospitalier peuvent être immunodéprimées parce qu’elles sont franchement épuisées… la charge virale qu’elles reçoivent peut être plus importante.»

Un deuxième médecin d’un grand hôpital a déclaré que les travailleurs de la santé devaient également faire face à de graves pénuries de main-d’œuvre, car beaucoup étaient tombés malades.

«Juste une estimation très approximative, 100 infirmières et médecins peuvent s’occuper de 100 lits ordinaires et 16 lits de soins intensifs. S’ils sont malades, non seulement ils occupent 100 lits, mais le personnel qui s’occupe de 100 lits a disparu. Cela signifie qu’un hôpital perd la capacité de 200 lits. »

«C’est pourquoi les autorités doivent continuer d’envoyer des médecins à Wuhan, non seulement parce qu’il n’y a pas assez de lits, mais aussi par manque de médecins et d’infirmières pour s’occuper des lits de malades.»

Les autorités chinoises ont mobilisé environ 10 000 personnels médicaux supplémentaires pour soigner les patients à Wuhan, l’épicentre de l’épidémie, et davantage de matériel de protection a été envoyé dans les principaux hôpitaux de la ville.

Mais les médecins en première ligne ont averti que les travailleurs de la santé dans d’autres villes, en particulier ceux avec moins d’attention et de fournitures, faisaient face à un risque d’infection plus élevé.

“Les infections parmi les travailleurs de la santé sont désormais moins graves qu’en janvier”, a déclaré l’un des médecins de Wuhan. “La plus grande préoccupation est l’équipement de protection, mais tant qu’il y en a, il est peu probable que nous soyons infectés.”

Mais le médecin a averti que la situation pourrait être pire dans d’autres villes de la province du Hubei et a déclaré qu’il avait entendu dire que de nombreux agents de santé de la ville voisine d’Ezhou avaient été infectés.

Des regroupements d’hôpitaux ont également été signalés dans différentes parties du pays. Dans la province insulaire de Hainan, la commission locale de la santé a déclaré qu’un médecin et une infirmière avaient été infectés après avoir été exposés à un patient pendant six minutes alors qu’ils portaient des masques.

À l’hôpital Fuxing de Pékin, six membres du personnel médical, cinq patients et quatre soignants auraient été infectés par un patient. Une source a indiqué que le président de l’hôpital, Li Dongxia, avait été licencié.

Zhang Ke, médecin à l’hôpital Youan de Pékin, spécialisé dans les maladies transmissibles, a déclaré que les infections croisées entre les patients et les médecins étaient une préoccupation grave, d’autant plus que de nombreux services hospitaliers n’étaient pas conçus pour traiter les maladies transmissibles.

«Même dans les hôpitaux désignés, l’accueil et le traitement des patients étaient assez chaotiques à Wuhan. Les personnes contaminés se sont précipitées à l’hôpital et ces hôpitaux sont devenus un incubateur pour le virus parce que leur conception est moins spécifique que celle des hôpitaux pour maladies transmissibles. »

«Lors de l’épidémie de Sars en 2003, 18% du personnel médical du continent et 22% du personnel médical de Hong Kong ont été infectés. J’estime que 10 à 20% du personnel médical sera infecté », a-t-il déclaré.

Traduction rapprochée de l’article de South China Morning Post : At least 500 Wuhan medical staff infected with coronavirus


Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Commentaires

0 Commentaires

Les immigrés s’intègrent bien plus qu’on ne le dit dans les médias

Le pouvoir d’achat des français les plus pauvres baisse de 240 euros par an, celui des plus riches augmente de 2905 euros