Ce médecin a été sanctionné pour avoir révélé l’apparition du coronavirus avant le régime chinois

Wuhan doctor Li Wenliang 1200x675 1

Le 30 décembre, Li Wenliang a largué une bombe dans son groupe d’anciens étudiants de la faculté de médecine sur la populaire application de messagerie chinoise WeChat. Bien avant les autorités chinois, il a écrit que sept patients d’un marché local de fruits de mer avaient été diagnostiqués avec une maladie de type SRAS et mis en quarantaine dans son hôpital.

Li a expliqué que, selon un test qu’il avait vu, la maladie était un coronavirus – une grande famille de virus qui comprend le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS).

Les souvenirs du SRAS sont profonds en Chine, où une pandémie en 2003 a tué des centaines de personnes suite à une dissimulation gouvernementale. 

« Je voulais seulement appeler mes camarades de classe à la prudence », a-t-il déclaré.

Li, un médecin de 34 ans travaillant à Wuhan, épicentre de l’épidémie mortelle de coronavirus , a dit à ses amis d’avertir leurs proches en privé. Mais en quelques heures, des captures d’écran de ses messages étaient devenues virales – sans que son nom soit flouté. 

« Quand je les ai vus circuler en ligne, j’ai réalisé que c’était hors de mon contrôle et que je serais probablement puni », a déclaré Li.

Il avait raison. Peu de temps après avoir publié le message, Li a été accusé de lancer des rumeurs par la police de Wuhan. Il était l’un des nombreux médecins ciblés par la police pour avoir tenté de dénoncer le virus mortel dans les premières semaines de l’épidémie. Depuis, le virus a fait au moins 565 morts et contaminé plus de 28 274 personnes dans le monde, dont Li.

Depuis un lit de soins intensifs à l’hôpital, Li a déclaré à CNN qu’il avait également contracté le virus. Son diagnostic a déclenché l’indignation à travers la Chine, où la censure de l’État autour de la maladie et un retard initial à avertir le public du virus mortel, provoquent l’indignation.

Convoquée par la police

Le même jour de décembre où Li a envoyé un message à ses amis, un avis d’urgence a été émis par la Commission de la santé municipale de Wuhan, informant les établissements médicaux de la ville qu’une série de patients du marché de gros de Huanan Seafood avait une «pneumonie inconnue».

L’avis était accompagné d’un avertissement:

« Aucune organisation ou individu n’est autorisé à divulguer des informations au public sans autorisation. »

Aux premières heures du 31 décembre, les autorités sanitaires de Wuhan ont tenu une réunion d’urgence pour discuter de l’épidémie. Par la suite, Li a été convoqué par des responsables de son hôpital pour lui demander comment il était au courant de ces cas, selon le journal officiel Beijing Youth Daily.

Plus tard dans la journée, les autorités de Wuhan ont annoncé l’épidémie et alerté l’Organisation mondiale de la santé. Mais les ennuis de Li ne se sont pas arrêtés là.

Le 3 janvier, Li a été appelé dans un commissariat de police local et réprimandé pour avoir « répandu des rumeurs en ligne » et « perturbé gravement l’ordre social » à cause du message qu’il avait envoyé dans le groupe de discussion.

Dans ce message, Li avait déclaré que les patients avaient reçu un diagnostic de SRAS, citant le résultat du test qui montrait que le virus était positif comme SRAS avec un «coefficient de confiance» élevé – une mesure indiquant la précision du test. Il a précisé dans un message ultérieur que le virus était en fait un type différent de coronavirus, mais la capture d’écran de son premier message s’était déjà propagée en ligne.

Li a dû signer une déclaration – dont CNN a vu une photo – reconnaissant son « délit » et promettant de ne plus commettre « d’actes illégaux ». Il craignait alors d’être incarcéré. 

« Ma famille se serait inquiété si j’avais perdu ma liberté pendant quelques jours », a-t-il déclaré à CNN par SMS sur WeChat – il toussait trop et respirait trop mal pour parler au téléphone.

Heureusement, Li a été autorisé à quitter le poste de police après une heure.

La police de Wuhan n’a pas répondu à la demande de commentaires de CNN. La Commission de la santé municipale de Wuhan a refusé également de faire un commentaire.

L’ophtalmologiste est retourné travailler à l’hôpital central de Wuhan, se sentant impuissant. Il a dit: «Je ne pouvais rien faire. (Tout le monde) doit respecter la ligne officielle. « 

Le 10 janvier, après avoir involontairement traité un patient avec le coronavirus, Li a commencé à tousser et à développer une fièvre le lendemain. Il a été hospitalisé le 12 janvier. Les jours suivants, l’état de Li s’est tellement détérioré qu’il a été admis à l’unité de soins intensifs et a reçu un soutien en oxygène.

Le 1er février, il a été testé positif au coronavirus.

Réduire l’épidémie

Dès le début, les autorités chinoises ont voulu contrôler les informations sur l’épidémie, faisant taire toutes les voix qui différaient de leur récit, qu’elles disent ou non la vérité.

Le 1er janvier, la police de Wuhan a annoncé qu’elle avait «pris des mesures juridiques» contre huit personnes qui avaient récemment «publié et partagé des rumeurs en ligne» sur la maladie de type pneumonie et «causé des effets néfastes sur la société».

« Internet n’est pas une terre au-dessus des lois … Tout acte illégal de fabrication, de propagation de rumeurs et de perturbation de l’ordre social sera puni par la police conformément à la loi, avec une tolérance zéro », a déclaré un communiqué de police sur Weibo, un réseau social chinois contrôlé par le régime.

L’annonce de la police a été diffusée à travers le pays sur CCTV, le diffuseur d’État du régime chinois, expliquant clairement comment le gouvernement chinois traiterait ces « marchands de rumeurs ».

Au cours des deux semaines qui ont suivi, la Commission de la santé municipale de Wuhan est restée la seule source de mises à jour sur l’évolution de l’épidémie. Des scientifiques chinois ont identifié le virus comme un nouveau coronavirus le 7 janvier. Pendant environ une semaine, aucun nouveau cas confirmé n’a été annoncé. Les autorités sanitaires ont affirmé qu’il n’y avait «aucune preuve évidente de transmission interhumaine», aucune infection du personnel de santé et que l’épidémie était «évitable et contrôlable».

Li a écrit dans un article sur Weibo comment il se sentait pendant cette période:

«Je me demandais pourquoi les avis officiels (du gouvernement) disaient toujours qu’il n’y avait pas de transmission interhumaine et qu’il n’y avait aucun travailleur de la santé infecté. « 

Puis vint un bond soudain des infections. Jusqu’au 17 janvier, les autorités de Wuhan n’avaient signalé que 41 cas de virus. Le 20 janvier, ce nombre avait grimpé à 198.

Le gouvernement central a pris le relais et, le 20 janvier, le président Xi Jinping a ordonné «des efforts résolus pour freiner la propagation» du coronavirus et a souligné la nécessité de la divulgation rapide des informations – c’était la première fois que Xi abordait publiquement l’épidémie.

Plus tard dans la soirée, Zhong Nanshan, expert respiratoire nommé par le gouvernement et connu pour avoir lutter contre le SRAS il y a 17 ans, a déclaré à la télévision publique CCTV que le nouveau coronavirus était transmissible de personne à personne.

Trois jours plus tard, les autorités ont imposé une quarantaine sans précédent à Wuhan, le moteur économique et la plaque tournante du transport du cœur du centre de la Chine, mais cinq millions de personnes avaient déjà quitté la ville pour les vacances du Nouvel An lunaire.

Aujourd’hui, le virus s’est propagé dans toutes les régions du pays, y compris la frontière extrême ouest du Xinjiang et la région reculée du Tibet.

Dans une interview à CCTV le 27 janvier, le maire de Wuhan, Zhou Xianwang, a admis que son gouvernement n’avait pas divulgué d’informations sur le coronavirus « en temps opportun ».

Il a expliqué qu’en vertu de la loi chinoise sur les maladies infectieuses, le gouvernement local doit d’abord signaler l’épidémie aux autorités sanitaires nationales, puis obtenir l’approbation du Conseil des affaires d’État avant de faire une annonce.

« Pour la divulgation tardive, j’espère que tout le monde peut comprendre qu’il s’agit d’une maladie infectieuse et que les informations pertinentes ont des canaux spéciaux à respecter conformément à la loi », a-t-il déclaré.

Tumulte publique

Fin janvier, la mauvaise gestion de l’épidémie par le gouvernement de Wuhan devenait de plus en plus bien claire en Chine. De nombreux internautes ont pensé au groupe de huit «marchands de rumeurs», affirmant que leurs premiers avertissements auraient pu sauver des centaines de vies.

L’appel de Xi à la divulgation rapide des informations a été considéré comme un feu vert pour faire un rapport sur le coronavirus et les journalistes chinois ont commencé à produire une couverture approfondie et des rapports d’enquête percutants. Le journal d’État Beijing Youth Daily a interviewé Li et l’article est devenu viral. Il a été censuré en quelques heures, mais il était déjà trop tard.

Alors que la colère du public montait, la Cour suprême du régime chinois a critiqué le 28 janvier la police de Wuhan pour avoir puni les « marchands de rumeurs ».

«Cela aurait pu être une chance de contenir le nouveau coronavirus, si le public avait écouté cette« rumeur » à l’époque et adopté des mesures telles que le port de masques, une désinfection stricte et éviter d’aller au marché des animaux sauvages », a déclaré la Cour suprême.

Cédant à la pression, la police de Wuhan a publié un communiqué le lendemain, affirmant que les huit personnes n’avaient commis que des délits « particulièrement mineurs » pour avoir diffusé « des informations non vérifiées ».

Samedi, une autre « marchandes de rumeurs » a dévoilé son histoire dans la presse chinoise.

Xie Linka, oncologue au Wuhan Union Hospital, a déclaré aux médias chinois qu’elle avait reçu un avertissement de la police après avoir envoyé une alerte à ses collègues d’un groupe WeChat dans la soirée du 30 décembre.

Dans le message, Xie a relayé un avertissement de ses collègues médecins concernant une maladie infectieuse:

« N’allez pas au Huanan Seafood Wholesale Market dans un avenir proche. Plusieurs personnes y ont contracté une pneumonie inconnue similaire au SRAS. Aujourd’hui, notre hôpital a reçu plusieurs patients du marché. N’oubliez pas de porter des masques et de bien aérer. »

Maintenant en convalescence dans une salle de quarantaine, Li a déclaré qu’il n’était pas sûr de savoir s’il était compris dans les huit « marchands de rumeurs ». Mais il s’est senti soulagé après avoir lu le commentaire de la Cour suprême.

Sur le Weibo de Li, des dizaines de milliers de personnes ont laissé des commentaires le remerciant d’avoir parlé et lui souhaitant une convalescence rapide.

«Dr Li, vous êtes un bon médecin avec une conscience. J’espère que vous êtes sain et sauf », peut-on lire sur le réseau social.

Traduction de l’article : Chinese Doctor Tried to Save Lives, but Was Silenced and Became Infected With Coronavirus ( The Epoch Times )

v2V2qeoOjqE

Aurélien Barrau : « On vous demande d’arrêter de faire les sales gosses et d’écouter les données scientifiques! »

55c369c1c4618837318b4582

Une agence gouvernementale avertit : l’industrie pétrolière mondiale est au bord de la crise et le monde avec