in ,

La dernière décennie a été la plus chaude jamais enregistrée sur Terre alors que la crise climatique s’accélère

La dernière décennie a été la plus chaude jamais enregistrée dans le monde, 2019 étant la deuxième ou la troisième année la plus chaude jamais enregistrée selon les scientifiques. Dans le même temps, le réchauffement climatique s’emballe sans que les organisations internationales soient capables de l’enrayer.

Depuis 1980, chaque décennie est plus chaude que la précédente. La période 2010 – 2019 a été la plus chaude depuis le début de l’enregistrement des températures mondiales au XIXème siècle. Si l’augmentation moyenne de la température est de +0.07 °C par décennie, la dernière décennie a atteint un nouveau record avec +0.39 °C.

Les six dernières années, de 2014 à 2019, ont été les plus chaude jamais enregistrées. Cette période a inclus d’énormes vagues de chaleur aux États-Unis, en Europe et en Inde, des températures extrêmement chaudes dans l’Arctique et des incendies de forêt mortels de l’Australie à la Californie en passant par la Grèce.

L’année dernière a été soit la deuxième année la plus chaude jamais enregistrée, selon la Nasa et la National Oceanic and Atmospheric Administration, soit la troisième année la plus chaude, selon le Met Office britannique. Dans l’ensemble, le monde s’est réchauffé d’environ 1 ° C en moyenne depuis l’ère préindustrielle.

« Comme cette dernière évaluation le confirme de manière exhaustive, nous venons d’assister à la décennie la plus chaude jamais enregistrée », a déclaré Michael Mann, climatologue à la Penn State University.

 « Comme d’autres rapports récents le confirment, nous devons agir de façon spectaculaire au cours de la prochaine décennie, en réduisant les émissions de carbone par un facteur de deux, si nous voulons limiter le réchauffement en dessous des niveaux catastrophiques de +1,5 ° C qui nous engageront à des impacts toujours plus dangereux du changement climatique. »

Le rapport, compilé par 520 scientifiques de plus de 60 pays et publié dans le Bulletin de l’American Meteorological Society , décrit les myriades de façons dont la hausse des températures modifie la planète et la vie humaine, notamment:

  • Les températures de surface de la mer ont été les deuxièmes plus chaudes jamais enregistrées l’année dernière, dépassées seulement en 2016. Le réchauffement de l’océan et la fonte des glaciers ont fait que le niveau mondial de la mer a atteint un nouveau sommet de 8.6 cm au-dessus de ce qu’il était, en moyenne, il y a 30 ans.
  • Les niveaux de gaz à effet de serre ont atteint leur plus haut niveau jamais enregistré en 2019 . Les concentrations de ces gaz qui réchauffent la planète, y compris le dioxyde de carbone, le méthane et l’oxyde nitreux, sont maintenant plus élevées que n’importe quelle période mesurée par des instruments modernes ou des carottes de glace datant de 800 000 ans.
  • Les régions polaires de l’Arctique et de l’Antarctique ont connu leur deuxième année la plus chaude jamais enregistrée. La perte de glace des pôles contribue à faire monter le niveau de la mer, mettant en péril les villes côtières du monde entier.
  • Les conséquences de la crise climatique se font sentir dans le monde entier , notamment les récentes inondations généralisées en Afrique de l’Est et les incendies de forêt en Australie, en Amazonie et en Sibérie.

Robert Dunn, climatologue au Met Office britannique, a déclaré que le début de ce millénaire a été plus chaud que toute autre période comparable depuis la révolution industrielle.

«Un certain nombre d’événements extrêmes, tels que les incendies de forêt, les vagues de chaleur et les sécheresses, ont au moins une partie de leur racine liée à l’augmentation de la température mondiale», a-t-il déclaré.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Le double discours de la Ministre de la Transition écologique sur l’utilisation des pesticides tueurs d’abeilles

    L’économique britannique s’effondre (-20.4%) : 1 britannique sur 10 a recours aux banques alimentaires