in ,

Climat. « 15 % de la biodiversité, et potentiellement beaucoup plus, pourrait disparaître en 2100 » (experts)


Le réchauffement du climat pourrait entraîner des pertes soudaines et potentiellement catastrophiques de la biodiversité dans des régions du monde entier au cours du 21e siècle, selon une nouvelle étude menée par l’UCL.

Les résultats, publiés dans la revue scientifique Nature, prévoient quand et où il pourrait y avoir de graves perturbations écologiques dans les prochaines décennies, et suggèrent que les premières vagues pourraient déjà avoir lieu.

L’auteur principal de l’étude, le Dr Alex Pigot (Centre de recherche sur la biodiversité et l’environnement de l’UCL) déclare :

« Nous avons constaté que les risques du changement climatique pour la biodiversité n’augmentent pas progressivement. Au contraire, à mesure que le climat se réchauffe, dans une certaine zone, la plupart des espèces seront capables de faire face pendant un certain temps, avant de franchir un seuil ».

« Ce n’est pas une pente glissante, mais une série de bords de falaises, qui frappent différentes zones à différents moments. »

Le Dr Pigot et ses collègues des États-Unis et d’Afrique du Sud cherchaient à prévoir les menaces qui pèsent sur la biodiversité au cours du 21e siècle, plutôt qu’en une seule année. Ils ont utilisé des données de modèles climatiques de 1850 à 2005, et les ont croisées avec les aires de répartition géographique de 30 652 espèces d’oiseaux, de mammifères, de reptiles, d’amphibiens, de poissons et d’autres animaux et plantes. Les données étaient disponibles pour des régions du monde entier, divisées en cellules de grille carrées de 100 par 100 km.

Ils ont utilisé des projections de modèles climatiques pour chaque année jusqu’en 2100 afin de prédire quand les espèces de chaque cellule de la grille commenceront à connaître des températures constamment plus élevées que celles que l’organisme a déjà connues dans son aire de répartition géographique, pendant une période d’au moins cinq ans.

Le premier auteur de l’étude, le Dr Christopher Trisos (African Climate and Development Initiative, Université du Cap, et National Socio-Environment Synthesis Center — SESYNC, Maryland, USA), a déclaré :

« Les modèles historiques de température, combinés aux gammes d’espèces, nous ont montré la gamme de conditions dans lesquelles chaque organisme peut survivre, pour autant que nous le sachions ».

« Une fois que les températures dans une zone donnée s’élèvent à des niveaux que les espèces n’ont jamais connus, nous nous attendons à des extinctions, mais pas nécessairement – nous n’avons simplement aucune preuve de la capacité de ces espèces à persister après ce point », a-t-il déclaré.

Les chercheurs prévoient que si les températures mondiales augmentent de 4°C d’ici 2100, dans un scénario de « fortes émissions » que les chercheurs jugent plausible, au moins 15 % de la biodiversité, et potentiellement beaucoup plus, subiront une exposition soudaine où plus d’une espèce sur cinq de leurs constituants franchira un seuil au-delà de la limite de leur environnement habituel. Un tel événement pourrait causer des dommages irréversibles au fonctionnement de l’écosystème.

Si le réchauffement est maintenu à 2°C ou moins, potentiellement moins de 2 % des communautés seront confrontées à de tels événements d’exposition, bien que les chercheurs avertissent que dans ces 2 % se trouvent certaines des communautés les plus biodiversifiées de la planète, comme les récifs coralliens.

Les chercheurs prévoient que de tels régimes de température sans précédent commenceront avant 2030 dans les océans tropicaux, et des événements récents tels que le blanchiment massif des coraux sur la Grande Barrière de Corail suggèrent que cela se produit déjà. On prévoit que les latitudes plus élevées et les forêts tropicales seront menacées d’ici 2050.

« Nos conclusions mettent en évidence la nécessité urgente d’atténuer le changement climatique, en réduisant immédiatement et de manière drastique les émissions, ce qui pourrait contribuer à sauver des milliers d’espèces de l’extinction. Le maintien du réchauffement climatique en dessous de 2°C « aplatit la courbe » de l’accumulation de ce risque pour la biodiversité au cours du siècle, en donnant plus de temps aux espèces et aux écosystèmes pour s’adapter au changement climatique, que ce soit en trouvant de nouveaux habitats, en modifiant leur comportement ou avec l’aide des efforts de conservation menés par l’homme », explique le Dr Pigot :

« Nous espérons que nos conclusions pourront servir de système d’alerte précoce, permettant de prévoir quelles zones seront les plus menacées et à quel moment, ce qui pourrait aider à cibler les efforts de conservation et à améliorer les projections des modèles futurs. Il pourrait être utile de développer un programme de surveillance sur dix ans – similaire à ce que font les climatologues, mais pour la biodiversité – qui pourrait être mis à jour régulièrement en fonction de ce qui se passe réellement », a déclaré Cory Merow (Université du Connecticut), co-auteur de ce rapport.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La crise économique mondiale pourrait plonger un demi-milliard de personnes dans la pauvreté

La véritable ambiance entre Macron et les soignants de l’hôpital de Kremlin Bicêtre