in

Climat. Au lieu des 0°C habituels, il a fait 30°C à Nizhnyaya Pesha (Sibérie)


Une carte montrant des endroits plus chauds (rouge) ou plus frais (bleu) en mai que la moyenne. Photographie: Modis / NEO / Nasa

Une vague de chaleur prolongée en Sibérie est « sans aucun doute alarmante », ont déclaré les climatologues. Ces températures effrayantes ont été liées à des incendies, une énorme marée noire et un fléau de papillons de nuit mangeurs d’arbres.

À l’échelle mondiale, la chaleur sibérienne contribue à pousser le monde vers l’année la plus chaude jamais enregistrée en 2020, malgré une baisse temporaire des émissions de carbone due à la pandémie de coronavirus.

Les températures dans les régions polaires augmentent le plus rapidement car les courants océaniques transportent la chaleur vers les pôles et la glace et la neige réfléchissantes fondent.

Les villes russes du cercle polaire ont enregistré des températures extraordinaires, Nizhnyaya Pesha ayant atteint 30°C le 9 juin et Khatanga, qui a généralement des températures diurnes d’environ 0°C à cette époque de l’année, ayant atteint 25°C le 22 mai. Le précédent record était de 12°C.

En mai, les températures de surface dans certaines parties de la Sibérie étaient jusqu’à 10°C au-dessus de la moyenne, selon le service Copernicus sur le changement climatique (C3S) de l’UE. Martin Stendel, de l’Institut météorologique danois, a déclaré que les températures anormales de mai observées dans le nord-ouest de la Sibérie ne se produiraient probablement qu’une fois en 100 000 ans sans réchauffement climatique d’origine humaine.

Freja Vamborg, scientifique senior chez C3S, :

« C’est sans aucun doute un signe alarmant, mais il n’y a pas que le mois de mai qui ait été anormalement chaud en Sibérie. Tout l’hiver et le printemps ont connu des périodes répétées de températures de l’air en surface supérieures à la moyenne », a déclaré Freja Vamborg, scientifique senior chez C3S.

« Bien que la planète dans son ensemble se réchauffe, cela ne se produit pas de manière uniforme. La Sibérie occidentale se distingue comme une région qui présente une tendance au réchauffement avec des variations de température plus importantes. Dans une certaine mesure, les grandes anomalies de température ne sont donc pas inattendues. Cependant, ce qui est inhabituel, c’est la durée pendant laquelle les anomalies plus chaudes que la moyenne ont persisté ».

Marina Makarova, la météorologue en chef du service météorologique russe Rosgidromet, confirme :

« Cet hiver a été le plus chaud en Sibérie depuis le début des relevés, il y a 130 ans. Les températures moyennes ont été jusqu’à 6°C supérieures aux normes saisonnières ».

Robert Rohde, le scientifique en chef du projet Berkeley Earth, a déclaré que la Russie dans son ensemble avait connu des températures record en 2020, avec une moyenne de 5,3°C de janvier à mai supérieure à la moyenne de 1951-1980.

« C’est un nouveau record de 1,9°C », a-t-il déclaré.

En décembre, le président russe, Vladimir Poutine, a commenté cette chaleur inhabituelle :

« Certaines de nos villes ont été construites au nord du cercle arctique, sur le permafrost. Si le permafrost commence à dégeler, vous pouvez imaginer les conséquences que cela pourrait avoir. C’est très grave ».

Le dégel du permafrost était au moins en partie responsable d’un déversement de diesel en Sibérie ce mois-ci qui a conduit Poutine à déclarer l’état d’urgence. Les supports du réservoir de stockage ont soudainement coulé, selon ses opérateurs ; les groupes verts ont déclaré que le vieillissement et le mauvais entretien des infrastructures étaient également à blâmer.

Likez notre page facebook!

Les incendies ont fait rage sur des centaines de milliers d’hectares de forêts en Sibérie. Les agriculteurs allument souvent des feux au printemps pour défricher la végétation, et la combinaison de températures élevées et de vents violents a fait que certains incendies sont devenus incontrôlables.

Des essaims de pyrale de Sibérie, dont les larves se nourrissent de conifères, se sont développés rapidement avec la hausse des températures.

« Dans toute ma longue carrière, je n’ai jamais vu de papillons de nuit aussi énormes et se développant aussi rapidement », a déclaré à l’AFP Vladimir Soldatov, un expert des mites.

Il a mis en garde contre les « conséquences tragiques » pour les forêts, les larves dépouillant les arbres de leurs aiguilles et les rendant plus vulnérables aux incendies.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 soldats indiens tués par l’armée chinoise

Rokhaya Diallo victime d’une agression raciste : «Racaillou Diallo tu pues la merde!» […] «Et je dis pas parce que c’est noir!»