in

La première ministre néo-zélandaise invite les employeurs à envisager une semaine de travail de quatre jours


La première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a suggéré aux employeurs d’envisager une semaine de travail de quatre jours et d’autres options de travail flexible comme moyen de stimuler le tourisme et d’aider les employés à résoudre les problèmes persistants d’équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Dans une vidéo en direct sur Facebook, Mme Ardern a déclaré que de nombreuses propositions lui avaient été suggérées, de la semaine de travail plus courte à un plus grand nombre de jours fériés, comme moyen de stimuler l’économie et d’encourager le tourisme intérieur, alors que les frontières restent fermées aux ressortissants étrangers.

Les commentaires informels du Premier ministre ont enthousiasmé les Néo-Zélandais, dont beaucoup se demandent si la pandémie entraînera des changements systémiques – ou si la vie reviendra à la normale ; avec les problèmes qui y sont associés.

S’exprimant depuis Rotorua, l’un des centres touristiques du pays, Ardern a déclaré que de nombreux Néo-Zélandais affirmaient qu’ils voyageraient davantage à l’intérieur du pays s’ils disposaient d’une plus grande flexibilité dans leur vie professionnelle. L’industrie du tourisme du pays a connu un ralentissement massif après la pandémie, toutes les frontières sont restées fermées aux ressortissants étrangers.

« J’entends beaucoup de gens suggérer que nous devrions avoir une semaine de travail de quatre jours. En fin de compte, cela se situe vraiment entre les employeurs et les employés. Mais comme je l’ai dit, nous avons beaucoup appris sur Covid-19 et sur la flexibilité des personnes travaillant à domicile, sur la productivité qui peut en être retirée », a déclaré M. Ardern.

« J’encourage vraiment les gens à y réfléchir si vous êtes un employeur et en mesure de le faire. Je les encourage à y réfléchir si c’est quelque chose qui pourrait fonctionner sur leur lieu de travail, car cela aiderait certainement le tourisme dans tout le pays ».

LIRE AUSSI : Philippe Martinez (CGT) souhaite passer à la semaine de 32 heures pour diminuer le chômage

La semaine de travail de 4 jours déjà mise en place

Andrew Barnes est le fondateur de Perpetual Guardian, une entreprise de plus de 200 personnes qui est passée à une semaine de travail de quatre jours en 2018.

Barnes a trouvé que ce changement rendait ses employés plus heureux et plus productifs et a déclaré que ce nouveau régime avait également des avantages pour la santé mentale et physique, l’environnement, la vie familiale et sociale, et le changement climatique.

« La Nouvelle-Zélande pourrait certainement passer à une semaine de quatre jours après l’épidémie de coronavirus, et en fait ce serait une stratégie pour reconstruire l’économie et en particulier le marché du tourisme durement touché alors qu’il pivote vers une orientation nationale », a déclaré M. Barnes.

« Nous devons conserver tous les avantages de productivité que le travail à domicile a apporté, notamment un air plus pur et l’absence d’embouteillages ; la perte de productivité due aux déplacements domicile-travail tout en aidant les entreprises à rester à flot. Nous devons être audacieux dans notre modèle. C’est l’occasion d’une réinitialisation massive ».

M. Barnes a déclaré que la Nouvelle-Zélande pourrait s’inspirer du système allemand de kurzarbeit, qui signifie « travail court », permettant à un plus grand nombre de personnes de conserver leur emploi et d’utiliser la journée supplémentaire pour se perfectionner ou se former.

« Enfin, nous devons prendre en compte la nécessité de traiter les problèmes de santé mentale très répandus », a déclaré M. Barnes.

« Le Kindness Institute a signalé une augmentation de 25 % de l’utilisation de ses services pendant le confinement, nous devons donc comprendre qu’il faut se concentrer sur la santé mentale afin de relancer l’économie.

La semaine de 4 jours est un outil pour protéger la santé des travailleurs, ce qui rend ce modèle d’autant plus pertinent dans le nouveau monde dans lequel nous nous trouvons ».

Des dizaines de milliers de Néo-Zélandais ont été licenciés pendant la période de confinement, l’entreprise de construction Fletchers a annoncé 1000 licenciements hier.

L’économie du pays devrait se contracter de 8 % cette année, selon le FMI, tandis que le taux de chômage pourrait dépasser 15 % et atteindre 30 %.

Vous restez encore un peu?

Issues.fr vous remercie, vous êtes toujours plus nombreux à nous lire et votre fidélité nous réjouit. Pour maintenir notre travail, garder notre liberté critique et surtout vous proposer toujours plus de contenus de qualité, des articles détaillés et des vidéos inédites, nous avons besoin de vous.

Votre soutien nous garantit de poursuivre notre quête d’exigence journalistique et d’élargir notre champ d’investigation. Il est essentiel de continuer à s’interroger et à échanger. Chaque contribution est précieuse!

Pour faire un don, même 1 euro, c’est ici : https://en.tipeee.com/issuesfr/

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour la première fois depuis de longues années l’Everest est visible depuis Katmandou

« Roselyne Bachelot a négocié ce qui n’aurait jamais dû être négociable : la pénibilité du travail des infirmières »