in ,

Réchauffement climatique : dans quel monde vivra un enfant né en 2019 ?


enfant né en 2019 réchauffement climatique

Un enfant né aujourd’hui sera confronté à des dangers multiples et permanents pour sa santé en raison des changements climatiques, car grandir dans un monde plus chaud risque de provoquer des pénuries alimentaires, des maladies infectieuses, des inondations et des chaleurs extrêmes, selon une étude mondiale majeure.

Selon une étude annuelle publiée jeudi dans la revue scientifique médicale The Lancet, le changement climatique nuit déjà à la santé des gens en augmentant le nombre de phénomènes météorologiques extrêmes et en exacerbant la pollution atmosphérique.

L’étude met en garde contre le fait que si rien n’est fait pour atténuer le changement climatique, ses impacts pourraient accabler toute une génération de maladies tout au long de leur vie.

« Les enfants sont particulièrement vulnérables aux risques sanitaires liés aux changements climatiques. Leur corps et leur système immunitaire sont encore en développement, ce qui les rend plus vulnérables aux maladies et aux polluants environnementaux « , a déclaré Nick Watts, qui a codirigé l’étude The Lancet Countdown on Health and Climate Change.

Il a averti que les atteintes à la santé de la petite enfance sont « persistantes et omniprésentes », et qu’elles ont des conséquences à vie.

« Sans une action immédiate de tous les pays pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, les gains en termes de bien-être et d’espérance de vie seront compromis, et le changement climatique finira par définir la santé de toute une génération « , a-t-il déclaré lors d’un exposé à Londres.

Pourtant, l’introduction de politiques visant à limiter les émissions et à plafonner le réchauffement de la planète aurait un résultat différent, selon l’équipe de recherche.

Dans ce scénario, un enfant né aujourd’hui verrait la fin de la consommation de charbon au Royaume-Uni, par exemple, avant l’âge de six ans, et le monde atteindrait un niveau d’émissions net nul lors de ses 31 ans.

Il faudra le travail des 7,5 milliards de personnes actuellement en vie pour s’assurer que la santé d’un enfant né aujourd’hui ne soit pas définie par les changements climatiques.

L’étude du Lancet est le fruit de la collaboration de 120 experts de 35 institutions, dont l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la Banque mondiale, l’University College London et l’Université Tsinghua de Chine.

Sur la voie du  » maintien du statu quo « , avec peu d’action pour limiter le changement climatique, les scientifiques ont constaté que, face à la hausse des températures et aux événements climatiques extrêmes, les enfants seraient vulnérables à la malnutrition et à la hausse des prix alimentaires.Le réchauffement des eaux et du climat accélérerait la propagation de maladies infectieuses comme la fièvre dengue et le choléra.

Déjà, le nombre de jours où les conditions sont propices à la propagation de la bactérie d’origine hydrique Vibrio, une cause majeure de diarrhée, a doublé depuis 1980, l’année dernière ayant été la deuxième plus élevée jamais enregistrée.

Entre-temps, neuf des dix années où les conditions étaient les plus propices à la transmission de la dengue se sont produites depuis 2000, selon le rapport.

La pollution de l’air est l’une des menaces les plus immédiates et les plus durables pour la santé découlant des changements climatiques, selon les chercheurs.

Ils ont appelé à une action urgente pour réduire la pollution extérieure et intérieure grâce à l’introduction de carburants et de véhicules plus propres et à des politiques visant à encourager des transports sûrs et actifs comme la marche et le vélo.

Selon l’OMS, en 2016, sept millions de décès dans le monde étaient dus aux effets de la pollution de l’air domestique et de l’air ambiant. La grande majorité d’entre eux se trouvaient dans des pays à revenu faible ou intermédiaire.

« Si nous voulons protéger nos enfants, nous devons nous assurer que l’air qu’ils respirent n’est pas toxique « , a déclaré Sonja Ayeb-Karlsson, spécialiste de la santé mondiale à l’Université du Sussex, au Royaume-Uni, qui a travaillé sur l’étude du Lancet.

Le rapport mondial annuel 2019 de l’Agence internationale de l’Energie (AIE) a mis en avant 3 scénarios face à la demande toujours plus croissante d’énergie.


Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

commentaires

Laisser un commentaire

Un ping

  1. Pingback:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Commentaires

0 Commentaires

En 5 minutes, Clément Viktorovitch détruit le speech du Haut-commissaire aux retraites chez Bourdin

réchauffement climatique incendie australie écologie

Face à la sécheresse et aux incendies géants, le vice-premier ministre australien attaque les « écolos illuminés »