in ,

La Chine utilise la main-d’œuvre ouïghoure pour produire des masques contre le Covid-19


Alors que la pandémie de coronavirus continue de stimuler la demande d’équipements de protection individuelle, les entreprises chinoises se précipitent pour les fabriquer pour la consommation nationale et mondiale. Une enquête visuelle du New York Times a révélé que certaines de ces entreprises utilisent la main-d’œuvre ouïghoure dans le cadre d’un programme controversé parrainé par le gouvernement qui, selon les experts, met souvent les gens au travail contre leur volonté.

Les Ouïghours sont une minorité ethnique majoritairement musulmane originaire de la région du Xinjiang au nord-ouest de la Chine. Le programme envoie des Ouïghours et d’autres minorités ethniques dans des emplois d’usine et de service. Désormais, leur main-d’œuvre fait partie de la chaîne d’approvisionnement des EPI. Selon l’Administration nationale chinoise des produits médicaux, seules quatre entreprises du Xinjiang produisaient des équipements de protection de qualité médicale avant la pandémie. Au 30 juin, ce nombre était de 51. Après avoir examiné les rapports des médias d’État et les archives publiques, le Times a constaté qu’au moins 17 de ces entreprises participent au programme de transfert de main-d’œuvre.

Les entreprises produisent des équipements principalement pour un usage domestique, mais le Times a identifié plusieurs autres entreprises en dehors du Xinjiang qui utilisent la main-d’œuvre ouïghoure et exportent dans le monde entier. Les journalistes ont retracé un envoi de masques faciaux à une société de fournitures médicales dans l’État américain de Géorgie depuis une usine de la province chinoise du Hubei, où plus de 100 travailleurs ouïghours avaient été envoyés. Les travailleurs doivent apprendre le mandarin et s’engager à être loyaux envers la Chine lors des cérémonies hebdomadaires de lever du drapeau.

Le programme est largement diffusé dans les médias publics comme une forme de réduction de la pauvreté. Le Human Rights Investigations Lab de l’Université de Californie à Berkeley et le Uyghur Human Rights Project ont tous deux rassemblé des dizaines de vidéos et de reportages sur les réseaux sociaux qui documentent les récents transferts de main-d’œuvre.

Les Ouïghours sont depuis longtemps persécutés par le gouvernement chinois, qui affirme que son contrôle strict sur le Xinjiang est nécessaire pour lutter contre ce qu’il appelle l’extrémisme religieux. En réponse au Times, le porte-parole de l’ambassade de Chine aux États-Unis a déclaré que le programme aide «les résidents locaux à surmonter la pauvreté grâce à l’emploi et à mener une vie épanouissante».

Les quotas sur le nombre de travailleurs engagés dans le programme du travail et les sanctions encourues par ceux qui refusent de coopérer signifient cependant que la participation est souvent forcée.

«Il y a ces quotas coercitifs qui obligent les gens à travailler en usine quand ils ne le veulent pas», a déclaré Amy K. Lehr, directrice de l’Initiative des droits de l’homme au Centre d’études stratégiques et internationales. «Et cela pourrait être considéré comme du travail forcé au regard du droit international.»

  • Article du New-York Times traduit en français : nytimes.com/

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ray Dalio crise économique guerre

Ray Dalio : « La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine peut se transformer en « guerre de tirs » « 

Covid-19. Le spot de prévention choc sur le port du masque et la distanciation sociale