in ,

Entre pandémie de coronavirus et crise économique, le retour à la terre des Libanais


Alors que les mesures de confinement au Liban exercent une pression supplémentaire sur la crise économique que traverse le pays, les risques de pénuries alimentaires poussent les libanais à un retour à la terre.

L’initiative, qui signifie «notre récolte» en arabe, a été fondée en mars par le professeur d’université et ancien ministre des Affaires sociales Selim Sayegh, et reçoit un mélange de financements publics et privés.

Alors que l’inflation et le chômage montent en flèche au Liban – où la nourriture représente près d’un cinquième des importations totales, selon les données de la Banque mondiale – le mouvement pour promouvoir l’agriculture à domicile gagne en popularité.

CRISE ALIMENTAIRE

Lorsque le coronavirus a touché le Liban en mars, provoquant la fermeture des entreprises et perturbant les importations, une crise financière exacerbée par des mois d’instabilité politique avait déjà fait des ravages dans le pays d’environ 7 millions d’habitants.

Plus de 220 000 emplois ont été perdus entre octobre et février, selon la firme de recherche InfoPro, et les banques ont imposé des contrôles des capitaux alors que les devises en dollars se raréfient et que la valeur de la livre libanaise a chuté de plus de moitié.

Les prix des denrées de base ont augmenté ces derniers mois, le coût du riz a augmenté de 41% et celui du sucre de 50% entre septembre et février, selon les statistiques gouvernementales.

« Le ministère de l’Économie a mis en place de nouveaux plans pour surveiller les coûts, protéger les consommateurs et empêcher le commerce parallèle afin de lutter contre les hausses de prix », a déclaré la conseillère des médias du ministère, Sally Haddad, à la Fondation Thomson Reuters.

Le mois dernier, la banque centrale libanaise a rendu une décision autorisant les importateurs à acquérir des articles essentiels – tels que le riz et les céréales – à un taux de change fixe de 3200 livres pour un dollar, ce qui devrait faire baisser prochainement les prix des denrées alimentaires, a déclaré Haddad.

«CONNECTER LES GENS À LEUR TERRE»

Alors que les prix des denrées alimentaires continuent de monter dans le climat économique fragile du Liban, la pauvreté affecte presque tout le monde, a déclaré Sayegh de Ghaletna.

« Il y a un problème de sécurité alimentaire – les communautés manquent largement de ressources qui sont devenues trop chères pour les Libanais ».

«Nous voulons à nouveau connecter les gens à leur terre et les motiver.»

Traditionnellement, les propriétaires des générations précédentes construisaient des bassins agricoles à plusieurs niveaux dans de petites parcelles de terrain souvent escarpées adjacentes à leurs maisons, mais au fur et à mesure que l’économie de consommation prospérait, les gens arrêtaient l’agriculture, a déclaré Sayegh.

En utilisant son réseau d’environ 80 bénévoles, Ghaletna a contacté plus de 70 villages à travers Keserwan pour recruter le premier groupe de familles pour son projet pilote, en identifiant ceux qui avaient la capacité de cultiver et ceux qui avaient besoin d’aide.

« La première série d’agriculteurs dans le cadre de l’initiative devrait pouvoir commencer à récolter leur rendement ce mois-ci », a déclaré Sayegh.

LIBRE À LA FERME

Dans le terrain de 50 mètres carrés de sa famille, le diplômé en génie électrique Joe Daccache, 22 ans, cultive du persil, des roquettes, des courgettes et des concombres.

« À ce stade, nous produisons suffisamment pour le ménage », a déclaré Daccache, qui vit avec sa famille de cinq personnes.

Les familles avec des parcelles plus grandes peuvent choisir de vendre leur surplus sur les marchés locaux, mais pour Daccache, l’agriculture familiale est un moyen d’alléger au moins une partie du fardeau du paiement des prix alimentaires exorbitants.

Le gain réelle proviendra de la conservation ou de la congélation de portions de sa récolte à utiliser hors saison, lorsque les articles sur le marché peuvent coûter jusqu’à trois fois leur prix d’origine, a-t-il déclaré.

Sayegh a des plans futurs pour étendre le projet si les résultats du pilote sont prometteurs. Les gens ont même tendu la main à Ghaletna pour offrir gratuitement leurs terres à cultiver afin que leur rendement puisse être distribué aux familles dans le besoin, a-t-il déclaré.

Alors que le Liban assouplit les restrictions et rouvre les entreprises, il y a un risque que les gens n’aient pas le même temps de s’occuper de leurs terres, a déclaré Daccache. Mais il s’attend à ce que plus de gens perdent leur emploi à long terme, ils devront se tourner vers des pratiques plus autosuffisantes comme l’agriculture familiale.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus. Onze quartiers de Pékin placés en confinement en raison d’un nouveau cluster

Les émissions de CO2 de 13 entreprises laitières correspondent à celles de l’ensemble du Royaume-Uni