in ,

Le nouveau ministre de l’Intérieur bolivien s’engage à emprisonner Evo Morales pour le restant de ses jours


nouveau ministre de l'Intérieur bolivien s'engage à emprisonner Evo Morales

Le ministre de l’Intérieur du gouvernement putschiste d’extrême droite bolivien a promis d’emprisonner à vie l’ancien président Evo Morales, accusant le leader socialiste en exil d’inciter à des manifestations anti-gouvernementales qu’il a qualifié de terrorisme.

Dans une interview accordée au Guardian, Arturo Murillo a affirmé que Morales avait orchestré ses efforts pour « étrangler » les villes boliviennes en ordonnant à ses partisans d’ériger des barrages routiers vers les grandes villes.

Murillo a affirmé qu’un enregistrement audio – qui montrerait que Morales donnait de telles instructions – constituait une preuve définitive du crime allégué. Il a déclaré qu’il était «à 200%» certain que le crime était authentique.

« C’est du terrorisme et c’est de la sédition », a-t-il déclaré. « Nous avons demandé la peine maximale… de 30 ans de prison. »

Murillo a ajouté :

«Tout terroriste devrait passer le reste de sa vie en prison – tout terroriste – Evo Morales ou quiconque. Il ne s’agit pas de savoir si vous êtes un ancien président, un Blanc ou un Noir, ou un paysan … En fait, c’est encore pire lorsqu’il s’agit d’un ancien président. Un ex-président devrait être condamné deux fois parce que les gens ont confiance en leur président ».

S’adressant au Guardian de Mexico, où il a obtenu l’asile, Morales a rejeté ces accusations, les qualifiant de «harcèlement» destiné à empêcher son retour en Bolivie .

Murillo, qui est maintenant responsable de la sécurité publique en Bolivie, est l’un des principaux membres du gouvernement intérimaire d’extrême droite qui a pris le pouvoir après le coup d’Etat contre Morales, le 11 novembre. Morales, 60 ans, a quitté le pays après que la police et l’armée boliviennes aient retiré leur soutien.

A quelques milliers de kilomètres de Morales, les nouveaux gouverneurs boliviens ont lancé une campagne de propagande visant à anéantir la réputation et l’héritage de la gauche. Des annonces à la télévision bolivienne décrivent le premier dirigeant autochtone du pays comme un provocateur semant le chaos qui a semé le trouble dans les rues.

« Evo appelle les gens à des affrontements. Evo ne laisse pas la nourriture atteindre les villes », affirme une annonce. « Les gens veulent la paix. »

La présidente par intérim, Jeanine Áñez, est une catholique fanatique qui a publié des messages racistes sur Twitter dénigrant les Boliviens autochtones et se proclamant présidente par intérim en tenant une énorme Bible .

La profanation du drapeau multicolore des peuples autochtones Wiphala par les forces de sécurité dans les jours qui ont suivi la fuite de Morales a également provoqué l’indignation.


Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Commentaires

0 Commentaires

La concentration des gaz à effet de serre atteint de nouveaux records

Réchauffement climatique. Les concentrations de gaz à effet de serre atteignent des records

Un Gilet Jaune évoque la surconsommation, l’écologie et la théorie de l’effondrement