Le nouveau ministre de l’Intérieur bolivien s’engage à emprisonner Evo Morales pour le restant de ses jours

nouveau ministre de l'Intérieur bolivien s'engage à emprisonner Evo Morales

Le ministre de l’Intérieur du gouvernement putschiste d’extrême droite bolivien a promis d’emprisonner à vie l’ancien président Evo Morales, accusant le leader socialiste en exil d’inciter à des manifestations anti-gouvernementales qu’il a qualifié de terrorisme.

Dans une interview accordée au Guardian, Arturo Murillo a affirmé que Morales avait orchestré ses efforts pour “étrangler” les villes boliviennes en ordonnant à ses partisans d’ériger des barrages routiers vers les grandes villes.

Murillo a affirmé qu’un enregistrement audio – qui montrerait que Morales donnait de telles instructions – constituait une preuve définitive du crime allégué. Il a déclaré qu’il était «à 200%» certain que le crime était authentique.

“C’est du terrorisme et c’est de la sédition”, a-t-il déclaré. “Nous avons demandé la peine maximale… de 30 ans de prison.”

Murillo a ajouté :

«Tout terroriste devrait passer le reste de sa vie en prison – tout terroriste – Evo Morales ou quiconque. Il ne s’agit pas de savoir si vous êtes un ancien président, un Blanc ou un Noir, ou un paysan … En fait, c’est encore pire lorsqu’il s’agit d’un ancien président. Un ex-président devrait être condamné deux fois parce que les gens ont confiance en leur président ».

S’adressant au Guardian de Mexico, où il a obtenu l’asile, Morales a rejeté ces accusations, les qualifiant de «harcèlement» destiné à empêcher son retour en Bolivie .

Murillo, qui est maintenant responsable de la sécurité publique en Bolivie, est l’un des principaux membres du gouvernement intérimaire d’extrême droite qui a pris le pouvoir après le coup d’Etat contre Morales, le 11 novembre. Morales, 60 ans, a quitté le pays après que la police et l’armée boliviennes aient retiré leur soutien.

A quelques milliers de kilomètres de Morales, les nouveaux gouverneurs boliviens ont lancé une campagne de propagande visant à anéantir la réputation et l’héritage de la gauche. Des annonces à la télévision bolivienne décrivent le premier dirigeant autochtone du pays comme un provocateur semant le chaos qui a semé le trouble dans les rues.

« Evo appelle les gens à des affrontements. Evo ne laisse pas la nourriture atteindre les villes », affirme une annonce. “Les gens veulent la paix.”

La présidente par intérim, Jeanine Áñez, est une catholique fanatique qui a publié des messages racistes sur Twitter dénigrant les Boliviens autochtones et se proclamant présidente par intérim en tenant une énorme Bible .

La profanation du drapeau multicolore des peuples autochtones Wiphala par les forces de sécurité dans les jours qui ont suivi la fuite de Morales a également provoqué l’indignation.

La concentration des gaz à effet de serre atteint de nouveaux records

Réchauffement climatique. Les concentrations de gaz à effet de serre atteignent des records

Gilets Jaunes, collapsos, écolos et autres lancent SuperLocal pour des actions militantes locales