in ,

Au Cameroun, une forêt tropicale est rasée illégalement, selon Greenpeace


Une entreprise camerounaise défriche illégalement des terres pour démarrer une plantation géante d’huile de palme empiétant sur une zone clé de la biodiversité dans le bassin du Congo, la deuxième plus grande forêt tropicale du monde, selon Greenpeace. L’entreprise a rejeté les allégations.

Cameroun Vert SARL, connue sous le nom de Camvert, a commencé cette année à développer une plantation de palmiers à huile de 60 000 hectares dans une forêt auparavant réservée à l’exploitation forestière dans la région sud du pays. Une fois terminé, le projet fera partie des plus grandes exploitations d’huile de palme en Afrique centrale et produira annuellement environ 180 000 tonnes d’huile comestible.

Une partie de la forêt borde le parc national de Campo Ma’an, qui abrite des espèces d’animaux menacés, notamment des pangolins géants, des éléphants de forêt, des chimpanzés, des gorilles de plaine et des léopards.

La forêt a été déclassifiée et désignée pour l’agriculture commerciale en novembre, même si l’évaluation de l’impact sur l’environnement n’était pas terminée, selon Greenpeace. En avril, le ministère du Domaine et de la Propriété de l’Etat a autorisé la société à débuter le défrichement de 2 500 hectares.

Le ministère n’a pas immédiatement répondu aux questions.

Le projet viole à la fois la loi camerounaise et les normes internationales et menace les moyens de subsistance des communautés autochtones, a déclaré Greenpeace dans un rapport lundi. L’autorisation du ministère était illégale en l’absence d’un décret présidentiel cédant le terrain à Camvert ou d’une dérogation présidentielle spéciale, a déclaré le groupe environnemental, décrivant l’évaluation d’impact environnemental et social de 206 pages de la société comme «une parodie de diligence raisonnable».

Camvert a rejeté les allégations, affirmant que le projet «a été créé dans le plein respect des lois nationales et internationales et après de sérieuses consultations avec les administrations gouvernementales, les organisations environnementales et la population locale», selon le chef de projet Mamoudou Bobbo.

La forêt a perdu son utilité pour l’industrie forestière car elle a été endommagée, a déclaré Bobbo dans une interview dans la capitale, Yaoundé. 

«Les palmiers à huile sont des arbres comme les autres et ne peuvent pas affecter négativement le climat comme le prétend Greenpeace», a-t-il déclaré.

La société a réservé 10 000 des 60 000 hectares comme «zone tampon pour l’équilibre environnemental», a déclaré Bobbo.


Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Covid-19 : écoles et universités forment le tiers des clusters

Tout comprendre sur le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan