in ,

Face à la pénurie de matériel, les médecins ont sauvé des vies grâce à l’impression 3D


Un hôpital du nord de l’Italie a eu besoin en urgence de valves pour un «dispositif de réanimation» en raison de l’afflux massif de nouveaux cas de coronavirus. Le fournisseur de ces pièces n’avait aucun moyen d’obtenir leur fabrication rapidement. Un groupe local d’impression 3D est intervenu et a donné la possibilité d’un réapprovisionnement rapide et efficace.

Le groupe d’impression 3D basé à Milan Le FabLab a été contacté vendredi par Nunzia Vallini, rédactrice en chef de la Giornale di Brescia, qui a informé le groupe que leurs services étaient nécessaires. Le fondateur du FabLab, Massimo Temporelli, s’est entretenu avec un certain nombre de sites FabLab et de sociétés d’impression 3D à Milan et Brescia.

L’entreprise appelée Isinnova a répondu à l’appel. Le fondateur et PDG d’Isinnova, Cristian Fracassi, a apporté une imprimante 3D à l’hôpital. Fracassi a mesuré la valve d’origine, recréé la valve avec un logiciel 3D et l’impression a commencé. Les premières valves de test ont été imprimées avec une imprimante 3D.

« Si nous avons agi rapidement, c’est uniquement parce qu’avec les imprimantes 3D, vous pouvez rapidement tester une petite production qui serait impossible à l’échelle industrielle. Nous souhaitons simplement qu’une seule chose reste de cette histoire : la communauté, composée d’un hôpital, d’un journal, d’une équipe de professionnels, a fait une course contre la montre et a sauvé des vies. C’est tout », a déclaré Christian Fracassi.

Une fois les premières pièces imprimées, une autre entreprise a décidé de créer des vannes en masse pour soutenir les soignants italiens. La société Lonati SpA a travaillé avec un procédé de fusion par lit de poudre laser polymère (impression 3D) pour recréer les valves avec un matériau à base de polyamide personnalisé.

« Beaucoup sont allés chercher de l’aide pour produire ces pièces, à la fois localement et globalement », a déclaré Davide Sher, rédacteur de 3DPBM.

« Les hôpitaux peuvent avoir le droit de produire ces pièces en cas d’urgence (comme dans ce cas), mais, pour obtenir légalement un fichier STL imprimable en 3D, l’hôpital qui a besoin des pièces doit présenter une demande officielle », a déclaré Sher.

Cette stratégie locale peut être reproduit en France pour parer au manque de moyens des hôpitaux français. Les sociétés d’imprimantes 3D doivent être mises à contribution pour soutenir l’effort de guerre contre le virus.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« Ceux qui partent des grands foyers où il y a des contaminés pour aller dans les villages, vous aurez des morts sur la conscience »

Coronavirus. Face à la menace d’avoir des « centaines de milliers de décès », le Royaume-Uni change de stratégie