in ,

L’Europe pourrait faire face à une pénurie de pétrole dans une décennie, prévient le Shift Project


L’Europe pourrait faire face à une pénurie de pétrole au cours de la prochaine décennie, rendant encore plus urgente la décision d’augmenter l’utilisation de l’énergie à faible émission de carbone, selon un nouveau rapport.

L’étude a averti que la production de pétrole pourrait chuter plus rapidement que la dépendance de l’UE aux combustibles fossiles, ce qui augmente le risque d’une crise imminente de l’approvisionnement en pétrole et d’un grave choc des prix du marché.

Le rapport du Shift Project, un groupe de réflexion français sur l’énergie et le climat, a déclaré que le risque d’atteindre un «pic d’approvisionnement en pétrole» avant que les principales économies ne soient passées à des sources d’énergie plus propres est «une raison supplémentaire impérieuse de concevoir un monde sans pétrole».

« L’enjeu des limites à la production mondiale de pétrole apparaît ainsi comme la « voiture-balai » des politiques climatiques : si ces politiques climatiques échouent, l’humanité risque d’être rattrapée par des contraintes de plus en plus fortes sur l’accès au brut », indique le Shift Project.

L’analyse est basée sur les données du consultant norvégien Rystad Energy, qui a constaté que la production de pétrole de la Russie et des anciens pays de l’ex-URSS, qui fournissent plus de 40% de l’approvisionnement en pétrole de l’UE, est déjà entrée dans «une baisse systématique» qui dépasse le taux de réduction de l’utilisation de pétrole de l’UE au cours des 10 dernières années.

La production de pétrole en Afrique, qui représente plus de 10% des approvisionnements en pétrole de l’UE, devrait fortement diminuer au cours de la prochaine décennie.

En bloquant les investissements dans de nouveaux projets pétroliers, l’impact de la pandémie de Covid-19 menace d’aggraver le risque de pénurie de pétrole dans les années 2020.

Les grandes compagnies pétrolières devraient réduire leurs plans de dépenses pour l’année à venir de près d’un quart, soit près de 40 milliards de dollars, pour résister à l’impact du coronavirus, qui a fait chuter la demande de pétrole à ses plus bas depuis 25 ans et fait baisser son prix .

Rystad Energy a déclaré que la crise pourrait faire avancer le pic de la demande mondiale de pétrole de 2030 à 2027 avant que le marché n’entame un déclin terminal.

Per Magnus Nysveen, responsable de l’analyse chez Rystad Energy, a déclaré «qu’il n’est pas impensable» que le monde puisse encore faire face à une réduction de l’approvisionnement en pétrole et à de fortes flambées des prix du marché, alors même que la demande mondiale de pétrole commence à chuter.

« Le prix du pétrole est déterminé par les soldes et non par les niveaux, nous le voyons clairement maintenant avec des prix du pétrole à des niveaux assez sains pour une industrie pétrolière en hibernation – malgré une demande de pétrole à des niveaux jamais vus depuis 2009 », a-t-il déclaré.

Le prix mondial du pétrole a grimpé au-dessus de 40 $ le baril, après avoir atteint des creux de 16 $ le baril à la suite des politiques de confinement, car les principaux producteurs de pétrole du cartel pétrolier de l’Opep ont conclu un accord historique pour réduire temporairement la quantité de pétrole qu’ils produisent.

Les prix du pétrole devraient rester modérés pendant encore au moins deux ans alors que les économies mondiales se remettent de la réplique économique de la pandémie, mais pourraient rapidement augmenter au milieu des années 2020 si la demande de pétrole rebondit au-dessus du taux de production mondial.

« L’impact sur la société d’un marché pétrolier sous-approvisionné est largement sous-communiqué, donc une transition énergétique rapide est cruciale non seulement pour le climat mais aussi pour éviter les récessions durables sur les marchés émergents provoquées par une offre insuffisante de pétrole et d’énergie », a expliqué Nysveen.

Le spécialiste de l’énergie conclut que les prévisions offrent «encore une autre raison» aux économies de réduire leur dépendance au pétrole.

Les pays qui investissent massivement dans les véhicules électriques, par exemple, seront en mesure d’éviter la douleur économique de la flambée des prix des carburants tandis que ceux qui ne le font pas pourraient être contraints d’accélérer leur abandon des voitures essence et diesel pour éviter les coûts plus élevés.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Des millions d’américains n’ont pas les moyens de payer leur facture d’eau potable après une augmentation de 80%

« Le coronavirus a mis les États-Unis à genoux », selon le chef américain de la santé publique