in ,

En pleine crise diplomatique avec la Chine, l’Inde s’arme et sanctionne les entreprises chinoises


Le Premier ministre indien Narendra Modi a déclaré que l' »ère de l’expansionnisme » est révolue, en rendant hommage aux soldats tués lors d’une escarmouche à la frontière avec des militaires chinois le mois dernier. Le chef nationaliste du gouvernement indien a réalisé une visite surprise dans la région du Ladakh, au nord de l’Himalaya, dans un contexte d’escalade des tensions entre les géants asiatiques.

« L’ère de l’expansionnisme est terminée, c’est l’ère du développement. L’histoire montre que les forces expansionnistes ont perdu ou ont été forcées de faire marche arrière », a déclaré Modi sans nommer la Chine lors de son premier voyage dans la région contestée depuis le 15 juin dernier, lors d’un affrontement frontalier meurtrier au cours duquel au moins 20 soldats indiens ont été tués.

Modi, qui a subi des pressions pour répondre à ce que l’Inde considère comme des incursions chinoises, a rencontré des troupes dans une base de la région de Nimu au Ladakh.

« Votre courage est plus grand que les hauteurs où vous êtes postés aujourd’hui », a-t-il déclaré dans son discours aux soldats du Ladakh.

« La bravoure dont vous et vos compatriotes avez fait preuve, un message a été transmis au monde sur la force de l’Inde ».

Modi était accompagné du chef d’état-major de la défense, le général Bipin Rawat, et du chef de l’armée, le général Manoj Mukund Naravane.

L’Inde et la Chine ont échangé des reproches pour le déclenchement de la rixe en haute altitude dans la vallée de Galwan le 15 juin, au cours de laquelle 20 soldats indiens ont été tués et au moins 76 blessés.

Lors de ce conflit frontalier, les militaires se sont engagés dans un combat brutal au corps à corps avec des gourdins et des bâtons à environ 4 270 mètres d’altitude, par des températures inférieures à zéro. Ce fut la pire escarmouche frontalière en près de 50 ans.

L’Inde achète des avions de chasse

Dans ce contexte de crise diplomatique, le ministère indien de la défense a approuvé jeudi l’achat de 21 MiG-29 et de 12 avions de chasse Sukhoi Su-30MKI russes, pour un montant de 2,43 milliards de dollars, afin d’augmenter ses forces aériennes.

L’Inde attend également l’arrivée du premier lot de 36 avions de combat Rafale commandés dans le cadre d’un contrat de 8,78 milliards de dollars signé avec la France en 2016.

La Chine met en garde l’Inde

Vendredi, la Chine a mis en garde l’Inde contre une « erreur de calcul stratégique » via le porte-parole du ministère des affaires étrangères Zhao Lijian appelant New Delhi à « travailler avec la Chine pour sauvegarder la situation générale des relations bilatérales ».

Les deux voisins dotés de l’arme nucléaire ont amassé des troupes le long de la frontière longue de 3 500 km, dont la plus grande partie n’est pas délimitée, et des pourparlers militaires et diplomatiques sont en cours pour désamorcer la confrontation.

L’Inde revendique 38 000 km2 de territoire actuellement sous contrôle chinois, tandis que Pékin revendique 90 000 km2 de territoire indien.

Les analystes affirment que l’impasse actuelle à la ligne de contrôle réelle (LAC) est le résultat de la résistance chinoise à la construction d’infrastructures militaires par l’Inde à la frontière ces dernières années.

Une autre raison, selon certains experts, est liée à la décision unilatérale de l’Inde, l’année dernière, d’abroger l’article 370 de la constitution indienne, qui avait garanti une certaine autonomie au Cachemire sous administration indienne, qui comprenait également les zones contestées de la région du Ladakh.

La Chine, qui, comme le Pakistan, considère que la décision de l’Inde affecte unilatéralement son territoire, a fortement dénoncé cette décision au Conseil de sécurité des Nations unies l’année dernière.

L’Inde interdit des applications chinoises

La semaine dernière, l’Inde a interdit 59 applications pour téléphones portables, pour la plupart chinoises.

La Chine a déclaré vendredi que ces désaccords nuiraient aux intérêts de l’Inde et que les deux pays devraient travailler ensemble pour maintenir la paix dans leur région frontalière.

« Pékin prendra les mesures nécessaires pour faire respecter les droits des entreprises chinoises en Inde », a déclaré le porte-parole du ministère des affaires étrangères, Zhao Lijian, lors d’une conférence de presse.

Le commerce bilatéral annuel entre l’Inde et la Chine s’élève à 92 milliards de dollars.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Des livreurs brésiliens pour Uber et d’autres applications manifestent contre leurs conditions de travail

Gaël Giraud : « Il faut sortir du carno-phallogocentrisme »