Voilà comment le capitalisme s’est effondré dans mon Sri Lanka

effondrement sri lanka capitalisme

Le capitalisme s’est entièrement effondré au Sri Lanka, et le pays n’a plus de pétrodollars et donc plus de pétrole. Les voitures serpentent autour de la ville dans des files d’attente géantes, comme des dinosaures faisant la queue à un point d’eau vaporisé après l’astéroïde. Ils ne le savent pas encore, mais ils ont disparu. Je passe par là en vélo, un mammifère autrefois pathétique qui se déplace maintenant plus vite que ces fossiles.

J’emprunte une voiture électrique pour emmener les enfants quelque part et nous traversons l’île des esclaves. On l’appelle ainsi parce que les Blancs avaient l’habitude d’encercler les esclaves avec des crocodiles ici. Aujourd’hui, on a l’impression que c’est l’état de tout le pays, entouré de banquiers internationaux et de leurs croqueurs de jambes, le FMI.

L’île des esclaves abritait autrefois une belle communauté, mais ils les ont chassés pour construire des copropriétés de luxe pour personne et des autoroutes surélevées qui mènent nulle part. Aujourd’hui, les appartements ne sont pas terminés et les autoroutes sont simplement abandonnés. D’énormes piliers se dressent là, comme les pieds d’Ozymandias. Leur taille crie : « Regardez mes travaux, vous Puissants, et désespérez ! » Mais, « Il ne reste rien d’autre. Autour de la décadence, de cette épave colossale, sans limites et sans vie, Les sables solitaires et plats s’étendent au loin. »

Je dis que c’est un effondrement du capitalisme parce que, je veux dire, regardez autour de vous. Les immeubles de rapport sont les temples du capitalisme, les maisons sont gardées aussi vides et bien aménagées que des sanctuaires, pour abriter non pas des humains mais les dieux de la cupidité absents. Les voitures sont les avatars du capitalisme, des pièces de métal mortelles qui se déplacent à des vitesses surhumaines à travers les rues.

Pendant des décennies, nous avons construit ce système pyramidal toujours plus haut, pour la promesse d’un tour en voiture, d’un crédit sur 30 ans pour une maison. Mais maintenant, tout s’effondre, comme des blocs de pierres qui s’écroulent, qui ne font que nous gêner. Je les contourne maintenant, dans une voiture empruntée sur un temps emprunté. C’est fini maintenant. Le capitalisme n’a plus d’essence aux confins de l’empire, et il fonctionne à vide partout ailleurs. C’est une question de timing. Comme l’a dit William Gibson, « le futur est déjà là. Il est juste inégalement distribué ».

Dans une ère d’extinction, bien sûr, les fossiles sont les plus chanceux. Quelqu’un au moins s’en souvient. Ce que vous ne voyez pas, ce sont toutes les vies – toutes les façons de vivre – complètement effacées par la chute. Tous les corps simplement dévorés par les charognards, leurs os blanchissant et finissant par se désintégrer au soleil. Je ne suis pas l’un d’entre eux, mais je peux voir. Tous les fantômes de l’apocalypse viennent frapper à ma porte.

LIRE AUSSI : Le Premier ministre sri-lankais déclare que l’économie risque de s’effondrer complètement

Les gens qui le méritent le moins sont les plus mal lotis. Le conducteur de tuk-tuk, qui transporte des biens et des personnes pour subvenir aux besoins de sa famille. Il doit attendre ses quelques litres de carburant derrière une jeep qui en consomme des dizaines d’autres. Le conducteur de tracteur, qui cultive des aliments, le camion qui transporte des marchandises, la famille entassée sur une moto, l’usine qui essaie d’obtenir du diesel pour son générateur. L’effondrement du capitalisme n’est pas un inconvénient pour ces gens, même pas un sujet d’article. Ce sont les travailleurs qui ont fait tenir le tout, et c’est sur eux que ça tombe en premier.

Les riches survivront d’une manière ou d’une autre avec leurs voitures électriques, leurs vélos et leurs casques désormais coûteux, leur capacité à aller à l’étranger.. Les pauvres mourront simplement ici, sans même être recouverts de terre, leurs os restant à découvert. Lors de la dernière crise pétrolière dans les années 1970, nous avions un gouvernement socialiste qui a introduit le rationnement pour maintenir les gens en vie. Aujourd’hui, des économistes fantaisistes nous disent de libéraliser (c’est-à-dire d’augmenter) encore plus les prix, alors que les gens meurent de faim. Voilà à quoi ressemble l’effondrement sous le capitalisme. Les carnivores qui nous mangeaient vivants nous mangent maintenant simplement morts. C’est l’heure du repas pour les économistes charognards.

Je connais la faim parce que les gens frappent à ma porte, demandant de la nourriture. Je peux la voir dans les yeux de mon peuple. Et pourtant, nous continuons à nous nourrir les uns les autres dans les files d’attente interminables, nous continuons à nous donner le peu que nous avons les uns aux autres. L’ancienne culture, avant que nous n’essayions d’être comme les colonisateurs, persiste encore. Comme les prières aux anciens dieux de l’île, la générosité persiste, même dans l’ombre des temples de la cupidité blanche. Nous nous nourrissons désespérément les uns les autres du peu que nous avons, alors que tout ce que le capitalisme nous a promis se transforme en cendres dans nos bouches.

LIRE AUSSI : Sri Lanka : deux jours de queue à la pompe pour obtenir du carburant

Colombo est une ville sans combustibles fossiles et pleine de fossiles. Les voitures serpentent autour des points d’eau asséchés, les autoroutes sont mortes sur les routes, les immeubles de copropriétés nous regardent avec des yeux morts, comme des Brontosaures qui ne sont pas encore tombés. Colombo est une ville de plus en plus dépourvue d’énergie, au-delà de la poussée d’un vélo à pédales, du feu d’un feu de bois ou de la bonté de l’âme humaine. Ce n’est pas beaucoup, c’est loin d’être suffisant, mais ce n’est pas rien non plus. Je pense à cela en passant devant la fin de la ville sur mon vélo, ou en jetant mes enfants dans le bus, mais surtout je me sens mal.

La triste réalité du capitalisme est que, même s’il est manifestement nul, la plupart d’entre nous n’ont jamais voulu y mettre fin, nous voulions simplement y progresser. C’était la promesse du « développement » international, que si nous travaillions dur assez longtemps, nous pourrions vivre comme les maîtres. C’était bien sûr impossible et les communistes nous l’ont dit, mais nous n’avons pas écouté. Nous ne voulions pas le croire. Et maintenant, nous en sommes la preuve vivante. La fin du capitalisme est proche et le salaire du péché est la mort.

La vérité est que l’astéroïde a frappé au moment où l’homme blanc a touché l’or noir. Ils ont fait circuler une onde de choc de destruction autour du globe et l’ont appelée croissance, mais c’était un cancer. Cela a pris environ 400 ans, mais les débris ont fini par étouffer l’atmosphère et le phénomène d’extinction est en train de se produire. Les plantes, les animaux, et des pays entiers commencent à s’effondrer. Les plus pauvres d’abord.

Je peux le voir là où je vis, alors que les actifs mortels se transforment en actifs morts, alors que les pétrodollars et les produits pétroliers se tarissent. Cela nous est arrivé pour des raisons uniques, mais les causes sous-jacentes sont mondiales. Le capitalisme s’est effondré au Sri Lanka et il s’effondre partout. Vous pouvez l’ignorer maintenant, mais il finira par faire s’effondrer l’ensemble de l’écosystème, et alors quoi ? Nous n’aurons pas une autre planète. A la place, on aura une planète changée, comme celle que je vous ai fait visiter. Bienvenue dans le futur, je suppose. C’est très inégal pour l’instant, mais donnez-lui une seconde géologique, cela se régulera.

*** Traduction approchée d’un article de l’écrivain Sri Lankais, Indrajit Samarajiva, qui vit à Colombo. ***

LIRE AUSSI : L’effondrement économique au Liban fait redécouvrir des métiers disparus


NOUS SOUTENIR

Soutenir financièrement Issues.fr c’est assurer la pérennité et le développement d’un média indépendant qui partage des clés de lecture variées pour comprendre et analyser notre monde en mutation. 

Soutenez Issues.fr sur Tipeee

cantines de Paris menu végétarien bio

Dès 2023, Paris va doubler le nombre de menus végétariens et passer au 100% bio d’ici 2027

japon vague de chaleur record pénurie électricité

Le Japon frappé par la pire vague de chaleur jamais enregistrée