in

Des agents de santé brésiliens auraient propagé le coronavirus aux peuples autochtones

De nombreuses personnes affectées aux soins des autochtones ont été infectées, exposant les communautés éloignées au virus. Les agents de santé affirment avoir souffert de l’insuffisance des tests et des équipements de protection.

Les symptômes révélateurs ont commencé à la fin du mois de mai, environ une semaine après que les médecins du gouvernement se soient rendus régulièrement dans la communauté indigène de Kanamari dans une partie reculée de l’Amazonie: des personnes âgées du groupe avaient du mal à respirer.

Pendant des mois, alors que le coronavirus déchirait le Brésil, les Kanamari avaient cherché à se protéger de la pandémie en limitant strictement l’accès à leurs villages dans la vallée isolée de Javari, l’un des plus grands territoires autochtones du Brésil.

Mais il semble que même là, le virus les a atteints. La panique s’est installée.

«Beaucoup de gens ont attrapé des vêtements, un hamac et se sont précipités dans la forêt pour se cacher», a déclaré Thoda Kanamari, une dirigeante de l’union des peuples autochtones sur le vaste territoire, où vivent des groupes ayant peu de contacts avec le monde extérieur. «Mais il était trop tard, tout le monde était déjà infecté.»

Et les vecteurs de la maladie, selon des entretiens et des données fédérales obtenus par le New York Times, pourraient avoir été les agents de santé chargés par le gouvernement fédéral de protéger les populations autochtones du pays.

Plus de 1000 travailleurs du service fédéral de santé autochtone, connu sous le nom de Sesai, ont été testés positifs au coronavirus au début du mois de juillet.

Travaillant sans équipement de protection adéquat ou sans accès à suffisamment de tests, ces travailleurs ont peut-être mis en danger par inadvertance les communautés qu’ils essayaient d’aider, ont déclaré des travailleurs médicaux et des dirigeants autochtones.

Selon Instituto Socioambiental, une organisation de défense des droits des autochtones, plus de 15 500 Brésiliens autochtones ont été diagnostiqués positifs au coronavirus, dont au moins 10 889 vivant dans des territoires protégés. Au moins 523 sont décédés.

  • Extrait traduit d’une enquête du New-York Times : nytimes.com

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    La Russie recrute 2 700 mercenaires syriens pour combattre en Libye

    Face à la peste porcine, l’Allemagne étend ses clôtures le long de la frontière polonaise