in ,

Un pont s’effondre à Mirepoix près de Toulouse, un camion et une voiture dans le Tarn


pont effondrement Mirepoix toulouse

A Mirepoix-sur-Tarn, au nord de Toulouse, un pont s’est effondré ce lundi 18 novembre entre 8h et 8h30. Selon les premières informations recueillies, une jeune femme de 15 ans serait décédée.

Vers 8h ce matin, un poids lourd et plusieurs voitures ont plongé dans le Tarn après que le pont se soit effondré. D’après les premiers éléments de l’enquête, le tonnage du camion impliqué était supérieur à la limite autorisée.

Selon un bilan de la SDIS , l’accident aurait fait neuf victimes dont deux en urgence absolue et quatre victimes localisées sur les berges. Plus de 80 pompiers sont actuellement sur place pour venir en aide aux victimes.

Une personne est décédée dans l’accident, une jeune femme qui se trouvait dans l’une des voitures impliquées. Il s’agitait d’une adolescente de 15 ans selon des sources médiatiques.

Il y aurait “probablement plusieurs disparus”, a indiqué le Préfet du Tarn.

Le pont serait entretenu régulièrement indique le maire de la ville. Construit en 1931, le dernier contrôle de l’édifice remontait à 2017. Il ne figurait pas parmi la liste des ouvrages sensibles a informé le département.

A l’entrée du pont est présent un panneau qui stipule qu’un seul poids lourd peut passer à la fois et un autre interdit les tonnages supérieur à 19 tonnes.

Le préfet de la Haute-Garonne a indiqué qu’une enquête allait être ouverte sur l’état du pont. “Nous sommes en cours d’évaluation” de l’accident, a indiqué la préfecture.


Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

commentaires

Laisser un commentaire

Un ping

  1. Pingback:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Commentaires

0 Commentaires

inde new delhi pollution enfants

Inde : les manifestants exigent le droit à pouvoir respirer

Evo Morales dénonce 24 manifestants tués, La Paz asphyxiée en proie à des pénuries