in

Susan Sarandon s’excuse pour ses propos pro-palestiniens lors d’un rassemblement

Susan Sarandon s'excuse pour ses propos pro-palestiniens lors d'un rassemblement
L’actrice et militante politique a été licenciée par son agence artistique le mois dernier à la suite de son discours lors d’une manifestation à New York.

Deux semaines après Susan Sarandon s’exprimant lors d’un rassemblement en faveur de la Palestine, l’actrice ronge ses mots. Le Thelma et Louise La star, qui a également une longue carrière de militante, a été licenciée par son agence artistique le mois dernier après avoir tenu des propos considérés par beaucoup comme antisémites depuis une tribune lors de la manifestation. Mais dans une publication sur Instagram publiée vendredi soir, Sarandon s’est excusée pour ses déclarations publiques et a déclaré qu’elles visaient à « faire preuve de solidarité dans la lutte contre l’intolérance de toutes sortes ».

L’affaire a commencé le 17 novembre, lorsque Sarandon a pris l’estrade (techniquement, l’arrière d’un camion) pour s’adresser à la foule lors d’un rassemblement pro-palestinien à Union Square à New York. Dans un discours de trois minutes (par Le Poste de New York), Sarandon a déclaré : « Il y a beaucoup de gens qui ont peur d’être juifs en ce moment et qui ont un avant-goût de ce que l’on ressent en tant que musulman dans ce pays, si souvent soumis à la violence. »

« Il s’est produit une chose terrible où l’antisémitisme a été confondu avec le fait de dénoncer Israël. » Le New York Times a cité Sarandon comme disant. «Je suis contre l’antisémitisme. Je suis contre l’islamophobie.

Cependant, comme Sarandon l’avait prédit, ses paroles ont effectivement été perçues comme antisémites par des gens comme Aviva Klompas, ancien rédacteur de discours de la délégation israélienne aux Nations Unies. « Quand Susan Sarandon a déclaré que les Juifs ‘ont un avant-goût de ce que l’on ressent en tant que musulman dans ce pays’, elle disait que les Juifs américains le comprennent : nous ne méritons pas de vivre à l’abri du harcèlement et des agressions, » Klompas écrit le X (anciennement Twitter) quelques jours après que le discours ait été largement partagé.

Le jour même où Klompas a publié ce tweet, Sarandon a été abandonné par United Talent Agency (UTA), a confirmé un représentant de l’agence. Sarandon, décrite par le New York Times comme « une figure régulière des manifestations dans toute la ville » contre la guerre entre Israël et le Hamas, n’a pas répondu au tollé suscité par ses remarques, et ses activités auparavant actives présence sur les réseaux sociaux se tut. (Issues.fr a contacté Sarandon et UTA pour commentaires ; aucun des deux n’a répondu au moment de la publication.)

Ce silence a pris fin vendredi lorsque, via Instagram, Sarandon a publié une explication de ses propos et s’est excusée auprès des personnes blessées par ses déclarations. « Récemment, j’ai assisté à un rassemblement aux côtés d’un groupe diversifié d’activistes cherchant à mettre en lumière la crise humanitaire urgente à Gaza et à appeler à un cessez-le-feu », a écrit Sarandon à propos de l’événement du mois dernier. « Je n’avais pas prévu de parler mais j’ai été invité à monter sur scène et à dire quelques mots. »

« Dans l’intention de faire part de mon inquiétude face à l’augmentation des crimes haineux, j’ai déclaré que les Juifs américains, en tant que cibles de la haine antisémite croissante, « ont un avant-goût de ce que signifie être musulman dans ce pays, si souvent soumis à la violence ». ‘ Cette formulation était une terrible erreur, car elle implique que jusqu’à récemment, les Juifs étaient étrangers à la persécution, alors que c’est le contraire qui est vrai. Comme nous le savons tous, depuis des siècles d’oppression et de génocide en Europe jusqu’à la fusillade de Tree of Life à Pittsburgh, en Pennsylvanie, les Juifs sont depuis longtemps familiers avec la discrimination et la violence religieuse qui perdurent encore aujourd’hui. Je regrette profondément d’avoir diminué cette réalité et blessé les gens avec ce commentaire. »

« Je poursuivrai mon engagement en faveur de la paix, de la vérité, de la justice et de la compassion pour tous », a écrit Sarandon en conclusion. « J’espère que nous pourrons nous rencontrer avec amour et volonté d’engager le dialogue, en particulier avec ceux avec qui nous ne sommes pas d’accord. »

Trump n'a pas de laissez-passer pour « sortir de prison » dans les poursuites pour subversion électorale de 2020 : juge

Trump n’a pas de laissez-passer pour « sortir de prison » dans les poursuites pour subversion électorale de 2020 : juge

L'âge de pierre revisité : découvrir les mystères néolithiques dans le désert d'Arabie

L’âge de pierre revisité : découvrir les mystères néolithiques dans le désert d’Arabie