in

Trump n’a pas de laissez-passer pour « sortir de prison » dans les poursuites pour subversion électorale de 2020 : juge

Trump n'a pas de laissez-passer pour « sortir de prison » dans les poursuites pour subversion électorale de 2020 : juge
Les avocats de l’ancien président tenteront probablement de faire appel de la décision devant la Cour suprême.

Ancien président Donald Trump n’est pas à l’abri de poursuites pour ses tentatives d’annulation des élections de 2020, juge de district américain Tanya Chutkan a statué vendredi.

Chutkan n’a pas mâché ses mots dans sa décision, écrivant que la présidence « ne confère pas un laissez-passer à vie pour sortir de prison sans prison » et que « les quatre années de service de Trump en tant que commandant en chef ne lui ont pas conféré le droit divin des rois d’échapper à la responsabilité pénale qui régit ses concitoyens.

Cette décision historique marque la première fois qu’un tribunal américain détermine qu’un président peut être accusé de crimes lorsqu’il n’est pas en fonction, a noté Reuters. « Les anciens présidents ne bénéficient d’aucune condition particulière quant à leur responsabilité pénale fédérale », a conclu le juge. « Le défendeur peut faire l’objet d’une enquête fédérale, d’une mise en accusation, de poursuites, d’une condamnation et d’une sanction pour tout acte criminel commis pendant son mandat. »

Les avocats de Trump ne s’attendent pas à ce que leur motion Je vous salue Marie aboutisse à demander des privilèges d’immunité étendus pour leur client, qui fait face à 91 accusations dans quatre affaires pénales en pleine campagne pour la Maison Blanche en 2024. Le New York Times a rapporté vendredi que l’équipe juridique de l’ancien président « envisageait depuis des semaines d’utiliser la défaite pour lancer une stratégie à long terme visant à retarder le procès imminent », qui devrait commencer en mars, juste un jour avant les primaires du Super Tuesday.

La décision de vendredi déclenchera probablement un appel devant un collège de trois juges de la Cour d’appel des États-Unis, puis devant la Cour d’appel plénière et, finalement, devant la Cour suprême, si possible. Les avocats de Trump espèrent que ces retards repousseront le procès au-delà de l’élection présidentielle américaine du 5 novembre 2024.

Chutkan a également répondu aux affirmations des avocats de Trump selon lesquelles la protection des actions du président contre un examen juridique était basée sur des traditions politiques et des principes constitutionnels américains de longue date. « Comme la Constitution, la Cour suprême et des centaines d’années d’histoire et de tradition le montrent clairement, les motivations du président ne appartiennent pas à l’accusation ou à cette Cour », ont écrit les avocats de Trump dans leur requête visant à rejeter l’affaire de subversion électorale, citant « 234 ans de précédent. »

« Au contraire », a froidement répondu Chutkan dans sa décision, « la génération fondatrice de l’Amérique imaginait un chef de l’exécutif totalement différent des dirigeants irresponsables et presque omnipotents des autres nations de l’époque. »

Porte-parole de la campagne Trump Steven Cheung a répondu à la décision en affirmant qu’il s’agissait d’un effort des opposants de Trump « pour tenter de détruire les principes constitutionnels fondamentaux et de créer des précédents dangereux qui paralyseraient les futures administrations présidentielles et notre pays dans son ensemble, dans leur effort désespéré d’interférer dans l’élection présidentielle de 2024. » »

« Les gauchistes corrompus échoueront et le président Trump continuera à se battre pour l’Amérique et les Américains, notamment en contestant ces décisions erronées devant les tribunaux supérieurs », a ajouté Cheung.

La décision de Chutkan n’est pas le seul coup juridique porté à la campagne Trump vendredi. Une cour d’appel fédérale a statué plus tôt dans la journée que les poursuites civiles contre Trump pour incitation à l’émeute du 6 janvier au Capitole pouvaient aller de l’avant. Certains législateurs démocrates et policiers du Capitole ont intenté des poursuites. L’ancien président devrait également faire appel de cette décision.

Neuroscience Brain Art Concept

Repenser le « bon » cholestérol : une étude établit un lien entre des niveaux élevés de HDL-C et un risque accru de démence

Susan Sarandon s'excuse pour ses propos pro-palestiniens lors d'un rassemblement

Susan Sarandon s’excuse pour ses propos pro-palestiniens lors d’un rassemblement