in

Sous la glace : des courants cachés à l'origine de la fonte rapide de l'Antarctique

SciTechDaily

De nouvelles recherches mettent en évidence à quel point les interactions entre les courants océaniques et le fond océanique, plutôt que le seul vent, sont cruciales dans la fonte rapide des plates-formes de glace de l'Antarctique, posant ainsi une menace pour le niveau mondial de la mer. Plateforme de glace Dotson, mer d'Amundsen, Antarctique. Crédit : Parc Taewook

Les courants océaniques sinueux jouent un rôle important dans la fonte des plates-formes de glace de l’Antarctique, menaçant une élévation significative du niveau de la mer.

Une nouvelle étude publiée dans Communications naturelles a révélé que l'interaction entre les courants océaniques sinueux et le fond océanique induit une vitesse de remontée d'eau, transportant l'eau chaude vers des profondeurs moins profondes. Ce mécanisme contribue considérablement à la fonte des plates-formes de glace dans la mer d'Amundsen, dans l'Antarctique occidental. Ces plateformes de glace se déstabilisent rapidement et contribuent à l’élévation du niveau de la mer.

Dirigée par Taewook Park et Yoshihiro Nakayama, une équipe internationale de chercheurs de l'Institut coréen de recherche polaire, de l'Université de Hokkaido et de l'Université nationale de Séoul a utilisé des techniques avancées de modélisation océanique pour étudier les forces sous-jacentes à la fonte rapide des plateformes de glace. S'écartant des hypothèses antérieures liant la fonte des plates-formes de glace principalement aux vents sur l'océan Austral, cette étude souligne le rôle important joué par les interactions entre les courants océaniques sinueux et le fond océanique dans le processus de fonte.

L'impact sur les plates-formes de glace de l'île Pine et de Thwaites

Les plates-formes de glace de Pine Island et de Thwaites sont parmi celles qui évoluent le plus rapidement en Antarctique et présentent un intérêt particulier en raison de leur vulnérabilité au réchauffement des eaux océaniques. Ils agissent comme d’énormes barrières empêchant les glaciers situés derrière eux de se jeter dans l’océan. Cependant, leur fonte rapide et leur effondrement potentiel constituent une menace importante pour les communautés côtières du monde entier en raison de l’élévation du niveau de la mer qui en résulterait.

L'étude s'est concentrée sur le rôle d'une couche d'eau chaude située sous les eaux glaciales de surface, connue sous le nom d'« eau profonde circumpolaire modifiée », dans la fonte de ces plates-formes de glace par le bas. « L'intensité et la trajectoire des courants océaniques encerclant les plates-formes de glace déterminent directement l'afflux d'eau chaude, déterminant ainsi de manière complexe leur taux de fonte », explique Taewook. Cela montre l’importance de l’océan dans la compréhension et la réponse aux impacts du changement climatique.

Les chercheurs ont prêté attention à la « profondeur de la thermocline », qui est la profondeur de l'interface entre les eaux profondes plus chaudes et les eaux de surface plus froides. Les variations de profondeur de la thermocline affectent considérablement l’afflux d’eau chaude vers les plates-formes de glace. Jusqu'à présent, on pensait que l'intensification des vents d'ouest au nord de la mer d'Amundsen propulsait les courants océaniques le long de la rupture du plateau continental, transportant de l'eau plus chaude vers les cavités de la plate-forme de glace. Ce phénomène est particulièrement prononcé lors des événements El Niño.

« Nos découvertes remettent en question les idées reçues », affirme Nakayama. « Notre étude souligne que l’interaction entre les courants océaniques sinueux et le fond océanique génère une vitesse de remontée d’eau, amenant l’eau chaude à des profondeurs moins profondes. Par la suite, cette eau chaude atteint l’interface glace-océan, accélérant la fonte des banquises. Nakayama conclut : « Ce processus océanique interne qui entraîne la fonte des plateformes de glace introduit un nouveau concept. Dans cette optique, nous devons réévaluer les vents qui entraînent la perte de glace en Antarctique, ce qui peut avoir un impact significatif sur les projections futures.

L'étude a été financée par l'Institut coréen de promotion des sciences et technologies marines, l'Institut coréen de recherche polaire, le ministère de l'Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie du Japon et la Fondation Inoue pour la science.

Donald Trump se lance dans une diatribe déchaînée comme on pouvait s'y attendre alors que le procès Hush Money commence

Donald Trump se lance dans une diatribe déchaînée comme on pouvait s'y attendre alors que le procès Hush Money commence

SciTechDaily

Garantir la sécurité et la confidentialité : une nouvelle avancée quantique pourrait profiter à des millions de personnes