in ,

Les scientifiques choqués : ce qui se passe en Sibérie ne devait pas avoir lieu avant 70 ans


Les températures dans l’Arctique sibérien ont atteint des moyennes record en juin, certaines régions enregistrant des hausses pouvant atteindre +10 °C, selon les données de l’UE.

Les scientifiques disent que la chaleur a aidé à attiser les incendies de forêt dans la région, entraînant la libération estimée de 59 millions de tonnes de dioxyde de carbone.

Le temps chaud d’été n’est pas rare dans le cercle arctique, mais ces derniers mois ont connu des températures anormalement élevées. On pense que l’Arctique se réchauffe deux fois plus vite que la moyenne mondiale.

Carlo Buontempo, directeur du programme d’observation de la Terre de l’Union européenne, le Copernicus Climate Change Service, a déclaré que la tendance était « inquiétante ».

Les scientifiques de Copernic indiquent que la région a connu une hausse moyenne de +5 °C. C’est plus d’un degré de plus que les deux précédents mois de Juin les plus chauds jamais enregistrés, en 2018 et 2019.

Une ville sibérienne, Verkhoyansk, a atteint un maximum de 38 °C le 20 juin, 18 °C de plus que la température quotidienne maximale moyenne du mois.

Plus tôt en juin, certaines parties de la Sibérie ont enregistré 30 ° C, tandis qu’en mai, Khatanga en Russie – situé dans le cercle arctique à 72 degrés nord – a établi un nouveau record de température en mai de 25,4 °C.

Entre temps, quelque 246 incendies couvrant plus de 1 400 kilomètres carrés avaient été enregistrés dans la région au 6 juillet, selon l’agence russe des forêts.

Les deux problèmes sont liés, selon Mark Parrington, scientifique principal chez Copernicus.

« Des températures plus élevées et des conditions de surface plus sèches offrent des conditions idéales pour que ces incendies brûlent et persistent aussi longtemps sur une si grande surface », a-t-il déclaré à l’agence de presse Reuters.

Likez notre page facebook!

En Sibérie et dans une grande partie de l’Arctique, de profonds changements se produisent plus rapidement que les scientifiques ne l’avaient prévu il y a seulement quelques années. Ces changements semblaient autrefois à des décennies de nous, et pourtant, ils se produisent maintenant, avec des implications potentiellement mondiales.

Vladimir Romanovsky, chercheur à l’Université d’Alaska à Fairbanks, a déclaré que le rythme, la gravité et l’étendue des changements sont surprenants même pour de nombreux chercheurs qui étudient la région. Les prévisions de la rapidité du réchauffement de l’Arctique qui semblaient autrefois extrêmes « sous-estiment ce qui se passe en réalité », a-t-il déclaré. Les températures survenues dans l’Extrême-Arctique au cours des 15 dernières années ne devaient pas se produire avant 70 ans, a-t-il déclaré.

Les scientifiques soutiennent depuis longtemps que l’Arctique se réchauffe deux fois plus vite que le reste du monde. Mais en réalité, la région se réchauffe maintenant à près de trois fois la moyenne mondiale. Les données de la NASA montrent que depuis 1970, l’Arctique s’est réchauffé en moyenne de +2,94 °C, par rapport à la moyenne mondiale qui est de +0,95 °C sur la même période. Les scientifiques appellent ce phénomène « l’amplification de l’Arctique ».

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gaël Giraud : « Il faut sortir du carno-phallogocentrisme »

Jean-Marc Jancovici : « Le grand défi du siècle est de tenir à 8 milliards sur la planète sans que ça termine en boucherie »