in ,

Plus de 47 000 réfugiés ont quitté la Turquie pour l’Europe


Les migrants se rassemblent entre le poste frontière de Pazarkule, Edirne, Turquie, et le poste frontière de Kastanies, région d'Evros, alors qu'ils tentent d'entrer en Grèce, le samedi 29 février 2020. (AP Photo)

Plus de 47 000 migrants ont quitté la Turquie depuis que le pays a ouvert ses frontières avec l’Europe, a déclaré samedi le ministre de l’Intérieur turc Süleyman Soylu.

Les autorités turques ont annoncé vendredi qu’elles n’essaieraient plus d’empêcher les migrants en situation irrégulière d’atteindre l’Europe. La décision a été prise après la mort de 36 soldats turcs par les forces du régime de Bachar Assad à Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie.

Depuis lors, des milliers de migrants en situation irrégulière ont afflué vers la province d’Edirne, dans le nord-ouest de la Turquie, pour se rendre en Europe. La Grèce empêche pour l’instant l’entrée dans son territoire de milliers de réfugiés.

La Turquie accueille déjà quelque 3,7 millions de réfugiés en provenance de la Syrie. Le président turc Recep Erdogan avait menacé à plusieurs reprises d’ouvrir ses frontières vers l’Europe si elle ne finançait pas une partie des dépenses turques pour accueillir les réfugiés qui fuient la guerre en Syrie et notamment les bombardements russo-syriens.

Pour de nombreux observateurs, la Turquie se sert des migrants pour obtenir un soutien de l’Union Européenne dans le conflit qui l’oppose à la Russie. Ankara demande sans succès depuis plusieurs semaines un « no fly-zone » au-dessus d’Idlib pour pouvoir utiliser ses avions de chasse. Les Etats-Unis ont refusé de mettre en place leur système de missile sol-air  Patriot.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus. Face à la saturation des hôpitaux, seuls les cas les plus graves sont testés et hospitalisés

«49°3 Philippe prend la fièvre, mettons-le en quarantaine» tagué sur la permanence d’Edouard Philippe au Havre