in ,

Nicolas Hulot en colère lors d’un débat sur le climat et menace de quitter le plateau


Invité de Thomas Sotto sur RTL mardi 14 janvier, Nicolas Hulot s’est énervé contre une chroniqueuse qui contredisait ses chiffres sur les victimes annuelles du réchauffement climatique.

La journaliste s’est amusée à prendre les pics de victimes de catastrophes naturelles dans l’histoire tout en négligeant la question globale du réchauffement climatique avec notamment comme résultats : des canicules et sécheresses toujours plus importantes qui pourraient entraîner la désertification d’une grande partie de la planète, l’élévation des océans qui provoquera l’engloutissement de nombreuses zones qui sont actuellement habitées.

En 2020, les hommes sont mieux préparés grâce aux progrès technologiques à faire face aux catastrophes naturelles. Cependant, il ne faut pas mélanger les catastrophes naturelles et un changement irréversible des températures sur la planète qui provoquera des changements catastrophiques pour les générations futures.

A noter également, qu’un effondrement massif de la biodiversité a lieu actuellement avec des chiffres astronomiques que personne ne peut réfuter. Contrairement aux humains, les animaux ou la nature ne possède pas la technologie adéquate pour faire face à une catastrophe naturelle mais surtout à un changement majeur climatique et environnemental.

Evidemment, ce débat a permis aux climato-sceptiques sur Internet d’alimenter les doutes et théories du complot autour de la question du réchauffement climatique.


Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

commentaires

Laisser un commentaire

Un ping

  1. Pingback:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Commentaires

0 Commentaires

Yann Arthus-Bertrand : « On est en train de fabriquer une planète où l’homme ne pourra pas vivre ! »

Donald Trump menace les Européens de taxes s’ils ne mettent pas la pression sur l’Iran