in ,

La police anglaise place Extinction Rebellion sur une liste aux côtés de groupes terroristes et néonazis


LONDON, ENGLAND - APRIL 15 (Photo by Leon Neal/Getty Images)

Extinction Rebellion menace de poursuivre la police antiterroriste anglaise après avoir été placée dans une liste d’idées extrémistes dans un guide conçu pour aider à mettre fin à la violence terroriste.

Le Guardian a révélé vendredi que la police antiterroriste avait placé le groupe de protestation non violent sur une liste d’idéologies extrémistes qui devraient être signalées aux autorités chargées du programme de prévention de la radicalisation.

Après le tollé qu’a provoqué ces révélations, la police a déclaré que c’était une erreur.

L’association qui milite pour l’urgence climatique a été inclus dans un document de 12 pages produit par Counter Terrorism Policing South East (CTPSE) intitulé «Protéger les jeunes et les adultes de l’extrémisme idéologique».

Le document de la police révélé par le Guardian indique que les questions à surveiller comprennent les personnes qui parlent de « manière émotive des questions environnementales comme le changement climatique, l’écologie, l’extinction des espèces, l’expansion des aéroports ou la pollution « .

« Les directives émises par le CTPSE sont clairement illégales. Il constitue une ingérence illégale dans les droits de l’homme, y compris la liberté d’expression, le droit de réunion et la jouissance d’une vie privée », a déclaré l’avocat d’XR, Jules Carey.

Amnesty International a condamné samedi la décision alors que les critiques s’intensifiaient et que des questions demeuraient sur la manière dont l’association Extinction Rebellion (XR) avait été incluse dans le guide aux côtés de groupes néonazis et terroristes.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les violences policières font-elles peur aux manifestants?

L’alerte concernant l’incident à la centrale nucléaire de Pickering a été envoyée « par erreur » à la population