in ,

Face au fort taux de pollution à New Delhi, ce bar à oxygène connait un certain succès


A New Delhi, un bar a oxygène a ouvert ses portes alors que la capitale indienne connaît une crise de pollution. L’air est irrespirable et équivaut à fumer 50 cigarettes par jour selon les experts.

« J’ai des maux de tête tous les jours au réveil. C’est parfois suffocant de respirer. Et une inflammation des narines. Et des yeux aussi. C’est comme une sorte de brûlure », a déclaré à l’AFP Ankusha Kushi, une étudiante.

Face à ce nuage de pollution qui asphyxie la population, des entrepreneurs ont lancé ces derniers mois un bar à oxygène. Les clients peuvent inspirer de l’air aromatisé avec sept parfums disponibles.

Selon un responsable de ce nouveau business florissant, une séance de 15 min à 6 euros détoxifie le corps, donne de l’énergie et réduit l’impact de la pollution. Des affirmations non-prouvées scientifiquement mais qui rassurent les habitants de la capitale.

Depuis quinze jours, New-Delhi est sous un nuage de pollution avec des taux vingt-sept fois supérieurs à la moyenne recommandée par l’OMS.

Les autorités de la ville ont ordonné que la moitié des voitures privées de la ville soient retirées de la route, sur la base d’un système de plaques d’immatriculation impaires, une décision que de nombreux experts ont qualifiée de « insuffisante » et de « trop ​​peu, trop tard ». Les sept millions de motos et scooters de Delhi, les transports en commun et les voitures transportant uniquement des femmes ont été exemptés de ces restrictions.


Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

commentaires

Laisser un commentaire

Un ping

  1. Pingback:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Commentaires

0 Commentaires

Iran révolte hausse prix de l'essence

Iran : révolte de la population après une augmentation de 50 à 300% du prix de l’essence

inde new delhi pollution enfants

Inde : les manifestants exigent le droit à pouvoir respirer