in

Covid-19. Une étude sur 500 000 patients révèle que les enfants sont la clé de la propagation du virus


Une étude portant sur plus d’un demi-million de personnes en Inde qui ont été exposées au nouveau coronavirus SRAS-CoV-2, ou COVID-19, suggère que la propagation continue du virus n’est due qu’à un faible pourcentage de ceux qui sont infectés.

En outre, les enfants et les jeunes adultes se sont avérés être potentiellement beaucoup plus importants pour la transmission du virus – en particulier au sein des ménages – que ce que des études précédentes avaient identifié, selon un article de chercheurs des États-Unis et de l’Inde publié le 30 septembre dans la revue Science.

Des chercheurs de l’Institut environnemental de Princeton (PEI), de l’Université Johns Hopkins et de l’Université de Californie-Berkeley ont travaillé avec les responsables de la santé publique des États du Tamil Nadu et de l’Andhra Pradesh, dans le sud-est de l’Inde, pour suivre les voies d’infection et le taux de mortalité de 575 071 personnes qui ont été exposées à 84 965 cas confirmés de SRAS-CoV-2. Il s’agit de la plus grande étude de recherche des contacts – qui consiste à identifier les personnes ayant été en contact avec une personne infectée – menée dans le monde pour n’importe quelle maladie.

Le chercheur principal, Ramanan Laxminarayan, a déclaré que le document est la première grande étude à saisir l’extraordinaire mesure à travers laquelle le COVID-19 repose sur la « superpropagation », soit un petit pourcentage de la population infectée transmet le virus à un plus grand nombre de personnes. Les chercheurs ont constaté que 71 % des personnes infectées n’ont contaminé aucun de leurs contacts, alors que seulement 8 % des personnes infectées représentaient 60 % des nouvelles infections.

« Notre étude présente la plus grande démonstration empirique de super propagation que nous connaissons pour une maladie infectieuse », a déclaré M. Laxminarayan.

« Les événements de super propagation sont la règle plutôt que l’exception lorsque l’on examine la propagation de COVID-19, à la fois en Inde et probablement dans tous les endroits touchés ».

Les résultats donnent un aperçu détaillé de la propagation et de la mortalité de COVID-19 dans des pays comme l’Inde – qui a connu plus de 96 000 décès dus à la COVID-19 – qui ont une forte incidence de populations aux ressources limitées, ont indiqué les chercheurs. Ils ont constaté que les décès liés aux coronavirus en Inde se produisaient en moyenne six jours après l’hospitalisation, contre 13 jours en moyenne aux États-Unis. En outre, les décès dus aux coronavirus en Inde se sont concentrés chez les personnes âgées de 50 à 64 ans, ce qui est légèrement inférieur à la population à risque de plus de 60 ans aux États-Unis.

Toutefois, les chercheurs ont également rapporté les premières preuves à grande échelle que la mise en œuvre d’un confinement à l’échelle nationale en Inde a conduit à des réductions substantielles de la transmission du coronavirus.

Les chercheurs ont constaté que les chances qu’une personne atteinte d’un coronavirus, quel que soit son âge, le transmette à un contact proche allaient de 2,6 % dans la communauté à 9 % dans le ménage. Les chercheurs ont constaté que les enfants et les jeunes adultes – qui représentaient un tiers des cas de COVID – étaient particulièrement importants pour la transmission du virus dans les populations aux ressources limitées.

« Les enfants sont des transmetteurs très efficaces dans ce contexte, ce qui n’a pas été fermement établi dans les études précédentes », a déclaré Laxminarayan.

« Nous avons constaté que les cas et les décès signalés étaient plus concentrés dans les cohortes plus jeunes que ce que nous avions prévu sur la base des observations faites dans les pays à revenu élevé ».

Les enfants et les jeunes adultes étaient beaucoup plus susceptibles de contracter le coronavirus de patients de leur âge, a constaté l’étude. En général, les contacts de même âge dans toutes les tranches d’âge augmentaient considérablement le risque d’infection, la probabilité d’attraper le coronavirus à partir de contacts à faible risque ou à haut risque allant de 4,7 à 10,7 %, respectivement.

VOIR AUSSI : La Ministre de l’Enseignement Supérieur refuse de reconnaître que les contaminations d’étudiants ont lieu à la fac

VOIR AUSSI : Covid-19 : écoles et universités forment le tiers des clusters

VOIR AUSSI : Etude américaine : 4 fois plus de risques d’être infecté du Covid-19 en fréquentant des bars

Likez notre page facebook!


Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Covid-19. Un journaliste sportif raconte ses trois semaines en réanimation : « j’ai perdu 20 kilos »

Suisse. Les électeurs de Genève votent pour un SMIC à 3 800 euros par mois