in ,

Le nombre d’éléphants du Kenya a plus que doublé entre 1989 et 2018


Le nombre d’éléphants au Kenya a plus que doublé entre 1989 et 2018, grâce à des efforts accrus de lutte contre le braconnage, a déclaré mercredi le ministre du tourisme du pays.

Le Kenya ne comptait que 16.000 éléphants en 1989, et ce chiffre est passé à plus de 34.000 en 2018, a déclaré le ministre Najib Balala.

« Au cours des deux dernières années, nous avons réussi à maîtriser le braconnage dans ce pays », a-t-il déclaré aux journalistes lors d’une visite au parc national d’Amboseli.

Le nombre d’éléphants braconnés jusqu’à présent cette année s’élève à sept, contre 34 pour l’ensemble de l’année 2019 et 80 en 2018.

Le braconnage a connu une recrudescence ces dernières années au Kenya et dans d’autres pays d’Afrique subsaharienne, où des bandes ont tué des éléphants et des rhinocéros pour répondre à la demande asiatique d’ivoire et de cornes destinés à la médecine populaire.

Likez notre page facebook!

En 2016, le président Uhuru Kenyatta a mis le feu à des milliers de défenses d’éléphants et de cornes de rhinocéros, détruisant un stock qui aurait valu une fortune aux contrebandiers et envoyant un message selon lequel le commerce des parties d’animaux doit être stoppé.

Le gouvernement a mis en place des sanctions plus sévères – des peines de prison plus longues et des amendes plus élevées – pour toute personne reconnue coupable de braconnage ou de trafic de trophées d’animaux sauvages, en affirmant que le braconnage nuisait au tourisme, une importante source de devises.

Selon M. Balala, en raison de la pandémie COVID-19, le nombre de touristes étrangers visitant le Kenya devrait chuter de 80 à 90 % en 2020 et 2021.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Emmanuel Macron renforce la présence militaire en Méditerranée face à la Turquie

Jusqu’à 50 millions d’africains pourraient tomber sous le seuil de pauvreté suite à la crise du Covid-19