in ,

La demande mondiale de pétrole pourrait augmenter à son rythme le plus rapide de l’histoire, prévient l’AIE


En l’absence de plans pour augmenter les investissements dans l’énergie dite « propre », la demande atteindra bientôt son niveau d’avant la crise.

La demande mondiale de pétrole pourrait augmenter à son rythme le plus rapide de l’histoire du marché l’année prochaine, et pourrait atteindre des niveaux d’avant la crise d’ici quelques années, à moins que de nouvelles « politiques vertes » ne soient adoptées, selon l’ Agence internationale de l’ énergie (AIE).

L’organisme mondial de surveillance de l’énergie a prévu que la demande quotidienne mondiale de pétrole pourrait augmenter de 5,7 millions de barils l’année prochaine, la hausse annuelle la plus rapide jamais enregistrée, pour atteindre en moyenne 97 millions de barils de pétrole par jour en 2021.

Les prévisions de la demande pour l’année prochaine sont inférieures aux niveaux enregistrés en 2019, car le rebond record ne compensera que partiellement l’effondrement grave de la demande de pétrole déclenché par la pandémie de coronavirus, qui devrait effacer en moyenne 8,1 millions de barils de pétrole par jour de la demande mondiale courant 2020.

Mais la demande mondiale de pétrole pourrait revenir aux niveaux d’avant la crise dès 2022 si les gouvernements évitent une deuxième vague majeure de l’épidémie de coronavirus et redémarrent l’industrie aéronautique, sans mettre en place de nouveaux plans pour accélérer les investissements dans les « énergies propres ».

Le dernier rapport sur le pétrole de l’AIE, utilisé par de nombreuses grandes économies pour aider à façonner leurs politiques énergétiques, met en doute les affirmations de certains selon lesquelles le coronavirus a déjà déclenché une baisse finale de la demande de pétrole .

L’AIE a averti que des politiques gouvernementales proactives seront toujours nécessaires pour atteindre un pic de la demande mondiale de pétrole plus tard cette décennie et aider à orienter le monde vers des carburants plus propres.

Fatih Birol, directeur exécutif de l’AIE, a déclaré que les affirmations selon lesquelles le monde avait déjà atteint un pic pétrolier étaient « gonflées ».

«Je veux répéter, la vidéoconférence ne résoudra pas à elle seule nos défis énergétiques et climatiques. Nous avons besoin [des] bonnes politiques gouvernementales », a déclaré Birol.

« Un changement de style de vie ne nous apportera pas un pic et une baisse de la demande de pétrole. »

Les économistes de l’énergie, y compris ceux du géant pétrolier BP, pensent que la pandémie pourrait accélérer le pic et le déclin de la consommation de pétrole qui étaient prévus pour la seconde moitié des années 2020.

BP a revu à la baisse sa vision de la demande de pétrole à long terme et des prix du marché pour les trois prochaines décennies, suite à l’épidémie, déclenchant lundi une baisse de 17 milliards de dollars de la valeur de ses activités.

La société a déclaré que son prix moyen du pétrole prévu pour 2050 est passé de 75 $ à 55 $ le baril, car la demande de pétrole à long terme serait inférieure à ce qui était prévu auparavant, ce qui signifie que certains de ses projets d’exploration pourraient se révéler non rentables.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« La situation épidémique dans la capitale est extrêmement grave », selon le porte-parole de la mairie de Pékin

La police de New-York dissout les brigades anti-criminalité jugées trop violentes