in

En plus des poumons, le coronavirus s’attaque aux reins


De nouvelles données sur le coronavirus ont révélé que les reins sont fréquemment touchés chez les personnes qui ont été testées positives et ont développé des symptômes.

La protéinurie (et/ou la présence de sang dans les urines) survient souvent au début ou pendant l’infection, quelques patients développent même une lésion rénale aigüe (IRA), ce qui indique que le COVID-19 attaque également les reins. Selon la dégradation des fonctions rénales pendant l’infection, les patients doivent poursuivre leur suivie après la maladie.

Ces informations sont basées sur deux études qui ont montré un taux élevé d’anomalies rénales chez les patients positifs au coronavirus. Dans la première étude, après avoir été admis à l’hôpital, 34% des 59 patients ont développé des niveaux massivement élevés d’albumine dans les urines (protéinurie), un symptôme de lésion rénale, tandis que 63% des patients de l’étude ont développé une protéinurie pendant leur hospitalisation, et beaucoup d’entre eux ont également eu des pertes de sang dans leurs urines (hématurie). La fonction rénale était altérée chez 27% de la population étudiée et chez 66% des patients décédés des suites de l’infection par le coronavirus.

Ces résultats ont été confirmés par une deuxième étude portant sur 710 patients hospitalisés. Lors de leur admission, 44 % des patients souffraient d’hématurie et de protéinurie (26,7 % n’avaient qu’une hématurie), tandis que la fonction rénale a diminué chez près de 15 % des patients.

« Cela montre que le COVID-19 attaque également les reins, et pas seulement les poumons », a déclaré le professeur Carmine Zoccali, président de l’ERA-EDTA (Parme, Italie).

« Bien que le pourcentage du groupe global de patients infectés par le COVID-19 qui développent un IRA pendant l’infection soit plutôt faible (environ 3-9%), nous devons garder à l’esprit que ces patients ont évidemment un mauvais pronostic. Ces patients doivent être traités conformément aux meilleures pratiques en matière de néphrologie, qui comprennent une prise en charge de soutien ainsi que la dialyse ».

Les patients souffrant d’une maladie rénale chronique et en particulier les patients dialysés sont à haut risque car les comorbidités augmentent le risque de mourir de COVID-19.

« Beaucoup se sont déjà remis de la maladie. Les patients atteints d’IRA doivent être examinés régulièrement par des néphrologues, car le risque que ces patients développent une maladie rénale chronique est élevé. Mais étant donné l’implication des reins dans l’infection par le coronavirus, nous devrions également surveiller les patients qui n’ont pas développé d’IRA, mais une protéinurie et/ou une hématurie. Sinon, il y a un risque que l’épidémie de coronavirus soit suivie d’une épidémie de maladie rénale chronique et en phase terminale », a ajouté M. Zoccali.

Ces informations données par les deux études confirment les propos d’Ilyass Iza, médecin pathologiste à l’hôpital Bichat, lors d’un entretien vidéo sur l’émission Clique de Canal+. Le soignant a déclaré que les biopsies de patients atteints de coronavirus montrent que les fonctions rénales sont attaquées chez certaines personnes ainsi que le foie.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

-0,19 dollar le baril : les producteurs de pétrole payent pour se débarrasser de leurs barils

Les soignants réclament des masques, la supérieure répond : « Vous croyez que j’ai que ça à faire ?! »