Coronavirus. Un tiers des patients ne développent pas assez d’anticorps pour être immunisés (experts chinois)

anticorps coronavirus

Une équipe de chercheurs de l’Université de Fudan située à Shanghai a analysé des échantillons de sang de 175 patients sortis du Centre clinique de santé publique de Shanghai et a découvert que près d’un tiers d’entre eux présentaient « des niveaux d’anticorps étonnement bas ».

« La question de savoir si ces patients présentent un risque élevé de rechute ou de réinfection devra être étudiée dans le cadre d’études plus approfondies », a écrit l’équipe dans un rapport de recherche préliminaire publié lundi sur Medrxiv.org, une plateforme en ligne pour les articles préimprimés.

Dans certains cas, les anticorps n’ont pas pu être détectés du tout ce qui expliquerait la réinfection de certains patients pourtant testés négatifs après leur hospitalisation.

Cette étude préliminaire, qui n’a pas encore été examinée par d’autres experts, est une première mondiale dans la recherche de l’immunité des patients après avoir été infectés.

Seuls les patients dont les symptômes étaient légers ont pu être analysés puisque ceux ayant été reçus dans les unités de soins intensifs avaient déjà reçu des anticorps provenant de dons de plasma sanguin. Normalement, les anticorps sont générés par le système immunitaire attaqué. Ils possèdent des structures uniques pour combattre un virus spécifique.

Les chercheurs ont été surpris de constater que la valeur du « titre » d’anticorps chez environ un tiers des patients était inférieure à 500, un niveau qui pourrait être trop faible pour assurer une immunité.

« Environ 30 % des patients n’ont pas réussi à développer des titres élevés d’anticorps neutralisants après une infection par Covid-19. Pourtant, la durée de la maladie de ces patients était similaire à celle des autres », ont-ils déclaré.

L’équipe a également constaté que les niveaux d’anticorps augmentaient avec l’âge, les personnes âgées de 60 à 85 ans présentant plus de trois fois plus d’anticorps que les personnes âgées de 15 à 39 ans. Les faibles quantités d’anticorps pourraient affecter l’immunité collective, la résistance à la maladie dans la population générale pour arrêter sa propagation.

Le professeur Huang Jinghe, chef de l’équipe, a expliqué que dix des patients de l’étude avaient une présence d’anticorps si faible qu’elle ne pouvait même pas être détectée en laboratoire. Ces patients avaient présenté des symptômes typiques de Covid-19, notamment de la fièvre, des frissons et une toux, mais ils ont peut-être pu combattre le virus avec d’autres parties du système immunitaire comme les lymphocytes T ou les cytokines. On ne sait toujours pas comment ils y sont parvenus.

« Les développeurs de vaccins devront peut-être accorder une attention particulière à ces patients », a déclaré M. Huang.

Si le virus ne provoque pas la création d’anticorps, la version affaiblie pour le vaccin pourrait ne pas fonctionner chez ces patients non plus.

Le professeur Wang Chen, conseiller scientifique principal auprès du gouvernement central, a déclaré lundi aux médias d’État qu’il était bien trop tôt pour déclarer la victoire contre la maladie, même en Chine, où la situation est pour l’instant sous contrôle.

LIRE AUSSI : Pr. Perronne : “Le virus est réapparu chez certains patients une ou deux semaines après leur “guérison””

.

Cet article est un extrait d’un article paru dans l’édition imprimée du South China Morning Post sous le titre: Mystery in Study of recovered patients

meriem bouamrane confinement coronavirus

Meriem Bouamrane : « Une action à un endroit sur la planète, sur un écosystème, va impacter toute l’humanité »

espagne décès covid19 1

En Espagne, les régions dénoncent les chiffres officiels de décès du Covid-19 deux fois inférieurs à la réalité