in , ,

Contrairement aux déclarations de Trump, 34 militaires américains blessés par les frappes iraniennes


Le Pentagone a déclaré vendredi que 34 militaires avaient reçu un diagnostic de traumatisme crânien suite à des frappes de missiles par l’Iran sur une base en Irak au début du mois.

Trump et d’autres hauts responsables ont initialement déclaré que l’attaque de l’Iran n’avait tué ni blessé aucun membre des services américains.

La semaine dernière, l’armée américaine a déclaré que 11 soldats américains avaient été traités pour des symptômes de commotion cérébrale après l’attaque de la base aérienne d’Ain al-Asad dans l’ouest de l’Irak et cette semaine, des troupes supplémentaires avaient été déplacées hors d’Irak pour des blessures potentielles.

Le porte-parole du Pentagone, Jonathan Hoffman, a déclaré aux journalistes que huit militaires qui avaient été précédemment transportés en Allemagne avaient été transférés aux États-Unis. Hoffman a déclaré que les militaires avaient été transportés plus tôt vendredi et recevraient des soins à l’hôpital militaire Walter Reed ou à leur base d’attache.

Neuf membres de l’équipe restent en Allemagne et sont en cours d’évaluation et de traitement.

Mercredi, Trump a semblé minimiser les blessures, affirmant qu’il « avait entendu dire qu’ils avaient des maux de tête et quelques autres choses ».

Les responsables du Pentagone ont déclaré qu’il n’y avait eu aucun effort pour minimiser ou retarder les informations sur les blessures par commotion cérébrale, mais sa gestion des blessures après l’attaque de Téhéran a renouvelé les questions sur la politique de l’armée américaine concernant la manière dont elle traite les suspicions de lésions cérébrales.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lannion : la cérémonie des vœux du président l’agglomération interrompue par les grévistes et gilets jaunes

Un député LREM ironise sur les retraites : « Il faudrait espérer un coronavirus chez les plus de 70 ans »