in ,

Face au risque d’effondrement de nombreux pays, la Banque Mondiale appelle à un allègement de la dette

La Banque mondiale a intensifié son appel pour un programme global d’allégement de la dette après avoir révélé que le montant dû par les pays les plus pauvres était à des niveaux record avant même le début de la crise du Covid-19 .

Les statistiques publiées par l’institution basée à Washington ont montré que la dette extérieure des 73 pays actuellement éligibles à la suspension des remboursements de cette année s’élevait à 744 milliards de dollars à la fin de 2019, soit une augmentation de 9,5% par rapport à 2018.

Les nouveaux chiffres de la Banque Mondiale font suite à l’inquiétude croissante d’une crise de la dette imminente parmi les pays à faible revenu qui luttent pour maintenir les paiements sur l’argent emprunté à un mélange de créanciers publics et privés au cours de la dernière décennie.

La Banque mondiale et son organisation sœur, le Fonds monétaire international, ont averti que les pays pauvres sont obligés de réduire leurs dépenses en matière de santé et d’éducation pour continuer à rembourser les dettes contractées avant que leurs économies ne soient touchées par un effondrement de la demande de leurs exportations et baisse des envois de fonds notamment via leur diaspora.

Ces dernières semaines, la Banque mondiale et le FMI ont fait pression sur les membres du G20 pour qu’ils prorogent l’initiative de suspension de la dette pour une nouvelle période de 12 mois afin qu’un plan à long terme soit élaboré.

«La viabilité de la dette à long terme dépendra d’un changement à grande échelle dans l’approche mondiale de la dette et de la transparence des investissements», a déclaré le président de la Banque mondiale, David Malpass.

L’économiste en chef de la Banque mondiale, Carmen Reinhart, a déclaré qu’il était essentiel que les gouvernements aient la capacité d’investir dans la santé, l’éducation et les infrastructures.

«Si vous avez un problème d’endettement, tous ces secteurs en souffrent. C’est pourquoi il est important de ramener la dette sur un niveau durable le plus rapidement possible. Nous ne pouvons pas nous permettre une autre décennie perdue.

Au sein du G20, la Chine était de loin le plus gros créancier, représentant 65% des dettes – contre 45% en 2013. Malpass a déclaré que la Chine avait tendance à appliquer des taux d’intérêt plus élevés que les autres créanciers et qu’il y avait un manque de transparence sur les conditions de ses prêts.

LIRE AUSSI : La crise économique mondiale pourrait plonger un demi-milliard de personnes dans la pauvreté

Lire l’édito : « La fin du monde approche et c’est une bonne nouvelle » : mouais… (édito)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    VIDEO. Un médecin : “L’Etat se surpasse parce qu’il arrive à être plus mauvais pour la deuxième crise que pour la première !”

    1 pays sur 5 menacé d’effondrement des écosystèmes en raison du déclin de la biodiversité