in ,

Les enfants du Yémen meurent de faim alors que les craintes de famine augmentent


Les craintes de famine au Yémen refont surface, selon les Nations Unies. Un rapport de l’ONU publié mercredi a déclaré que le Yémen revenait à des niveaux «alarmants» d’insécurité alimentaire.

«Mon fils est malade et je ne sais pas où l’emmener. Il a de la fièvre et je n’ai rien pour le soigner, je ne peux même pas avoir d’eau », a déclaré Zaina Muhammad, mère d’Hassan et de ses six frères et sœurs. «Parfois, nous passons des jours sans nous laver.»

Les restrictions dues à la pandémie de coronavirus, la réduction des dons, l’invasion de criquets, les inondations et le sous-financement des ONG cette année ont aggravé une situation de faim déjà désastreuse après cinq ans de guerre.

La résurgence de la violence ces dernières semaines entre les parties belligérantes, malgré les efforts de paix de l’ONU, tue et blesse également des civils.

La famine n’a jamais été officiellement déclarée au Yémen. Les avertissements de l’ONU fin 2018 concernant une famine imminente ont provoqué une augmentation de l’aide, après quoi le Programme alimentaire mondial a nourri jusqu’à 13 millions de personnes par mois.

«Désormais, toutes ces améliorations sont menacées», a déclaré la porte-parole du PAM, Elisabeth Byrs.

Malgré les pressions économiques et sanitaires croissantes sur le Yémen, la plus grande réponse humanitaire au monde diminue en raison d’un financement insuffisant.

Les services de nutrition pour 2,5 millions d’enfants pourraient cesser d’ici la fin août. Le PAM a déjà réduit de moitié l’aide alimentaire en avril pour un mois sur deux dans le nord du Yémen.

«Ils sont au bord de la famine, mais ce n’est pas encore la famine… Il n’est pas trop tard», a-t-elle dit, faisant appel aux donateurs.

Déplacée cinq fois par la guerre, la famille d’Hassan vit désormais dans la campagne de Hajjah, l’une des régions les plus pauvres, sans revenu.

«Les avions de guerre saoudiens tournent au-dessus de nous, les milices Houthis sont à proximité; nous ne pouvons pas avancer », a déclaré Zaina.

Le nombre d’enfants de moins de 5 ans souffrant de malnutrition pourrait augmenter de 20% à 2,4 millions d’ici la fin de l’année en raison d’un manque de financement, a déclaré l’UNICEF.

Une coalition dirigée par l’Arabie saoudite est intervenue au Yémen en mars 2015 pour rétablir le gouvernement yéménite évincé du pouvoir dans la capitale Sanaa par les rebelles Houthis soutenus par l’Iran. 80% de la population dépend de l’aide humanitaire.

Selon l’analyse IPC (Integrated Food Security Phase Classification) de l’ONU, 40% du sud du Yémen sera confronté à des niveaux élevés d’insécurité alimentaire aiguë en juillet-décembre, contre 25% en février-avril.

Les données IPC pour le nord du Yémen, où vivent la plupart des Yéménites et qui est contrôlé par les autorités houthistes, sont attendues en septembre.

«Si nous attendons que la famine soit déclarée, il sera déjà trop tard car les gens vont déjà mourir», a déclaré Byrs plus tôt ce mois-ci.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Covid-19. Le spot de prévention choc sur le port du masque et la distanciation sociale

D’éminents scientifiques excluent les scénarios les plus optimistes du réchauffement climatique