ONU: l’industrie mondiale du tourisme perd 320 milliards de dollars

L’industrie mondiale du tourisme a été dévastée par la pandémie de coronavirus, avec 320 milliards de dollars de pertes au cours des cinq premiers mois de l’année et plus de 120 millions d’emplois menacés, a déclaré le chef des Nations unies.

Lors d’une réunion d’information politique et d’un discours mardi, le secrétaire général Antonio Guterres a déclaré que les séjours de touristes internationaux ont diminué de plus de moitié en raison de la crise sanitaire mondiale, qui a paralysé les économies du monde.

Le tourisme est le troisième secteur d’exportation de l’économie mondiale, derrière les carburants et les produits chimiques, et il emploie une personne sur dix dans le monde, a déclaré António Guterres. En 2019, il représentait 7 % du commerce mondial.

“C’est pourquoi il a été si douloureux de voir à quel point le tourisme a été dévasté par la pandémie de COVID-19”, a déclaré le chef de l’ONU.

La pandémie de coronavirus a tué plus de 813 000 personnes dans le monde, sur plus de 23,6 millions de cas, selon les données recueillies par l’Université Johns Hopkins. Près de 15,3 millions de personnes se sont rétablies jusqu’à présent.

Pour tenter d’enrayer la propagation du virus, les pays du monde entier ont pris des mesures radicales, notamment le confinement total, la fermeture des aéroports, l’imposition de restrictions de voyage et la fermeture complète de leurs frontières.

Selon António Guterres, la crise a été un “choc majeur” pour les pays les plus riches “mais pour les pays en développement, il s’agit d’une urgence, en particulier pour de nombreux petits États insulaires et pays africains”. Pour certains de ces pays, le tourisme représente plus de 20 % de leur produit intérieur brut (PIB).

Sandra Carvao, responsable de l’information commerciale et de la compétitivité à l’Organisation mondiale du tourisme, a déclaré que les 320 milliards de dollars d’exportations perdus de janvier à mai représentent trois fois les pertes de 2009, au plus fort de la dernière crise financière mondiale.

Et selon la note d’information, “les recettes du tourisme pourraient chuter de 910 milliards de dollars pour atteindre 1,2 milliard de dollars en 2020” et cela “pourrait réduire le PIB mondial de 1,5 à 2,8 %”.

En plus des emplois du tourisme qui sont en danger, le rapport indique que les emplois dans les secteurs associés, y compris la restauration, qui fournissent de l’emploi à 144 millions de travailleurs dans le monde, sont également en danger. Il souligne que les petites entreprises “sont particulièrement vulnérables”.

António Guterres a déclaré que le tourisme “est également un pilier essentiel pour la conservation du patrimoine naturel et culturel”.

“La baisse des revenus a entraîné une augmentation du braconnage et de la destruction des habitats dans et autour des zones protégées”, a déclaré le secrétaire général, “et la fermeture de nombreux sites du patrimoine mondial a privé les communautés de moyens de subsistance vitaux”.

António Guterres a demandé à ce que le secteur du tourisme soit reconstruit de manière à ce qu’il soit sûr pour les communautés d’accueil, les travailleurs et les voyageurs, et qu’il soit également “équitable et respectueux du climat”.

Il a exhorté les pays à atténuer les effets socio-économiques, à maximiser l’utilisation de la technologie et à promouvoir la durabilité et la “croissance verte” pour aider à la reprise.

Notant que les restrictions de voyage et les fermetures de frontières subsistent encore, bien que certaines aient été levées, Sandra Carvao a déclaré :

“La reprise dépendra beaucoup de l’évolution de la pandémie et de la situation économique”.

“Aucun pays n’a échappé à l’impact du COVID-19 sur le tourisme”, a-t-elle déclaré.

Les bénéfices du secteur du tourisme pour les mois de juin, juillet et août ne sont pas encore connus mais devraient également être beaucoup moins importants que les années précédentes. Les touristes occidentaux ont privilégié les vacances dans leur pays.

Le retour du virus en Europe du Sud provoque des inquiétudes pour la fin de l’été. Les professionnels du tourisme s’opposent à de nouvelles mesures de confinement qui pourraient être fatales pour leur entreprise.

COVID-19 : plus de 1.800 décès à domicile depuis le début de l’épidémie

La polio éradiquée en Afrique, selon l’OMS