La population de Stockholm pourrait atteindre l’immunité collective en mai

L’ambassadeur de Suède aux États-Unis a déclaré que la capitale du pays scandinave pourrait atteindre l’immunité collective d’ici mai. Contrairement à de nombreux pays européens, les autorités suédoises n’ont pas mis en place de confinement.

« Environ 30 % des habitants de Stockholm ont atteint un niveau d’immunité », a déclaré Karin Ulrika Olofsdotter à la National Public Radio (NPR).

« Nous pourrions atteindre l’immunité collective dans la capitale dès le mois prochain », a déclaré Mme Olofsdotter dans l’interview publiée samedi.

L’immunité dite collective se produit lorsqu’un pourcentage suffisamment important d’une population devient immunisé contre un virus, soit par infection, soit par vaccination, empêchant ainsi une plus grande propagation.

Selon de nombreux experts, pour qu’une immunité collective puisse se produire, il faut qu’au moins 60 à 70% de la population soit immunisée.

Alors que les pays d’Europe, y compris les voisins du Danemark et de la Norvège, ont imposé des mesures de confinement strictes qui ont largement perturbé la vie normale, la Suède a choisi une approche totalement différente.

L’épidémiologiste suédois Anders Tegnell, qui dirige les opérations contre le Covid-19, a déclaré que « l’approche choisie mettait l’accent sur la durabilité à long terme plutôt que sur des tactiques drastiques à court terme ».

Les écoles, les restaurants et les centres commerciaux sont restés ouverts, tout en mettant en place une politique de distanciation sociale en interdisant les rassemblements de plus de 50 personnes, en développant les cours en ligne des élèves au lycée et à l’université et en conseillant aux citoyens de ne pas faire de voyages inutiles.

Le gouvernement a également averti que les restrictions augmenteraient si la population ne suivait pas les directives de distanciation sociale, et a déclaré qu’il fermerait les restaurants et les bars ne suivant pas les mesures sanitaires.

Cependant, des questions subsistent quant à l’immunité réelle d’un patient atteint d’un coronavirus récemment rétabli et sur la durée de cette immunité. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en garde les gouvernements contre la délivrance de « passeports d’immunité » à ceux qui se sont rétablis de la maladie causée par le coronavirus compte tenu des incertitudes scientifiques.

Des experts chinois ont indiqué que seulement un tiers des patients développe des anticorps suffisant pour être immunisé. Des scientifiques coréens ont même expliqué que le virus s’est « réactivé » chez certains patients guéris.

De nombreuses questions demeurent sur la nature du virus et les méthodes à employer pour le combattre. A l’heure actuelle, la plupart des pays utilisent le confinement pour enrayer la propagation du coronavirus.

De plus en plus de maires annoncent la fermeture des écoles jusqu’à septembre

Le maréchal Haftar, soutenu par la France, s’autoproclame seul dirigeant de Libye